Partagez | 
 

 Cold arms - Alfie & Ashley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 115
Date d'inscription : 18/04/2015
avatar
Ashley Wyatt
MessageSujet: Cold arms - Alfie & Ashley   Mar 26 Mai - 22:59



Cold arms
Alfie & Ashley

Deux semaines. Deux semaines que ma vie avait atteint une sorte de... perfection. Ouais, on peut dire ça comme ça. J'étais la petite garce qui s'était faite détester en décrochant le précieux stage Turing. Moi. Le stage Turing. Et le fait qu'avant même que je connaisse mon futur boss, avant même que je le rencontre officiellement, le courant était bien passé, avait bien aidé. Je me rappelle encore de cette scène surréaliste où ce con, qui s'était fait passer pour un autre cinq minutes avant alors qu'on fumait une clope dehors et que je ne l'avais pas reconnu, prend son micro et commence à me taper son speech devant tout le monde, prof, élèves, mécènes confondus. Avant de me refiler le sésame, moi qui m'attendais juste à ce qu'il se foute ouvertement de ma gueule, avant de choisir quelqu'un comme Lisa, ou Casey, qui faisaient toujours des trucs teeeeeellement parfaits, et teeeeeeeeellement calibrés pour plaire au prof qu'ils avaient en face d'eux. Non. C'était moi qui pouvais profiter de cette opportunité de dingue de bosser pour lui. A savoir de concevoir une nouvelle campagne de pub, revoir les plaquettes etc. Le truc qui peut paraître ingrat, mais c'est là le challenge. Devoir se démarquer, et être original alors qu'on a pas une marge de manoeuvre extraordinaire. Arriver à attirer l'oeil sans transformer sa com en réplique de Pollock. Ce qui aurait le don d'effrayer les actionnaires.

J'avais donc pris possession d'un placard à balai amélioré qui avait pour haute fonction d'héberger le petit chanceux de l'année pendant les deux mois de son séjour dans les bureaux Turing, et je m'étais mise au boulot. Et à ma grande surprise, là où je m'attendais à ce que le grand manitou m'oublie totalement, et je lui en aurai absolument pas voulu pour ça, eh ben... il venait me voir. Il m'a fait venir dans son bureau pour qu'on discute. Il m'a demandé de lui montrer ce que je faisais. Critiquait, mais justement, ou demandait de m'expliquer. Mon choix de couleurs, et autres. Et il embrayait ensuite sur plein d'autres trucs, parfois pendant super longtemps, jusqu'à ce qu'il ait une idée géniale, et qu'il m'oublie le temps de se jeter dans son projet. Alors en général je file sur la pointe des pieds, et je souris une heure ou deux après quand je reçois un de ses mails me demandant depuis combien de temps j'ai disparu.

Ce soir, il m'a retenu pour... je me souviens plus pourquoi en fait, mais on a fini par embrayer sur un débat très profond entre "Ben Affleck en Batman, bonne ou mauvaise idée?". Et il est plus de 22h quand je regarde enfin ma montre. J'engloutis ma dernière part de pizza encore tiède, avant de me nettoyer le museau et d'attraper mon sac.

Pardon boss, mais j'ai encore une trotte jusqu'à arriver chez moi. A demain!

Je m'éclipse, le remerciant pour la pizza, et me glisse dans l'ascenseur jusqu'à arriver dans la rue. On est au beau milieu de La City, et j'ai encore tout Southwark à traverser avant d'arriver à Camberwell. En journée, je dis pas, mais le soir, j'aime moyen.

Heureusement je me fais pas emmerder, c'est presque normal vu ma mine de tueur et mon casque vissé sur les oreilles. 23h15, je grimpe les escaliers menant à l'air libre, et je mets en route vers chez moi. Quelques rues et j'y suis. Mais vu l'heure tardive, y'a pas un chat dans la rue. C'est flippant et rassurant en même temps. Je presse le pas. Allez, deux rues. On y est presque. J'ôte mon casque et je fais glisser autour de mon cou, histoire d'être sûre d'entendre au cas où quelqu'un aurait la super idée de me suivre. Mais rien. Tant mieux. Je respire un peu mieux en tournant dans ma rue. Je vois même mon immeuble, de loin. Ok c'est bon, arrête la parano. Je respire un peu mieux, et me détends. Sauf que c'est à ce moment que je sens une main qui m'attrape le bras.

Je sursaute violemment et étouffe un cri alors que je me tourne pour voir ce qui se passe. Un type, l'air complètement allumé, me fixe avec des yeux de dingue. Une sorte de junkie. Mon coeur s'arrête de battre alors que je le vois sortir une lame de sa poche. Oh non. Oh non. Pitié non. Tout mais pas ça.

- Je...j'ai que vingt livres sur moi mec mais si...si tu les veux je te les file...
- Ta gueule pétasse! Je sais qui tu es! T'es la petite pute à Cartwright.
- Quoi?
- Tu vas lui dire que mon boss a pas du tout apprécié qu'il refuse de bosser pour nous. Et ça c'est pour que le message passe mieux.


Avant de réaliser quoi que ce soit, un éclair de douleur me vrille l'estomac. J'étouffe un hoquet de surprise alors que je baisse les yeux. Et j'entends des pas s'éloigner en courant alors que je vois que mon tshirt gris se colore de rouge autour de la blessure. Et je glisse lentement sur le sol.

Codage par Emi Burton
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Cold arms - Alfie & Ashley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock RPG  :: The game is on + London :: Autres quartiers :: Camberwell-