Partagez | 
 

 L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 46
Date d'inscription : 16/06/2015
avatar
Chloé Martin
MessageSujet: L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]   Mar 28 Juil - 23:18

J'avais besoin d'un break. Vraiment.

Au fast-food, j'étais en pleine guerre froide avec mon patron : il me menaçait sans vergogne d'heures supplémentaires non payées tandis que je campais sur mes positions de "chemise mal boutonnée dépassant du pantalon". Une situation critique, sur le point d'exploser... Oui, bon d'accord, je dramatise peut-être un peu. songeai-je, amusée, en vidant mon verre. Mieux vaut prendre les choses avec humour qu'avec désespoir, hein. Surtout avec Izzy qui, déboulant comme un diable sort de sa boîte, venait joyeusement chambouler ma vie sans vraiment me demander mon avis. Ajoutez mon irréductible cleptomanie au tableau, qui venait tout juste de faire un retour en force dans ma nouvelle vie de londonienne et que je m'efforçais désespérément de cacher à la face du monde, et vous comprendrez aisément que j'avais besoin de me vider la tête.

Ou plus littéralement, de me saouler à mort.

J'avais donc appelé MaryJo à la rescousse, une copine rencontrée en soirée, fêtarde invétérée, parfaite compagne de beuverie, et nous étions partie faire la tournée des bars. C'était le troisième - ou le quatrième - quelque part dans Soho, je crois (ne me demandez pas le nom du bar, je l'ai pas enregistré). Attablées au bar, nous enchaînions les verres en racontant des conneries. MaryJo a un humour un peu spécial, brut, sauvage, fracassant qui surprend souvent au début, quand on a pas l'habitude. Mais elle me faisait hurler de rire, et tant pis si les autres clients nous regardaient d'un air bizarre.

Elle me traîna sur la piste de danse et on se retrouva au beau milieu de la foule à exécuter des gestes quelque peu... étranges. MaryJo a un véritable talent pour faire des mouvements les plus absurdes une chorégraphie absolument géniale. Elle finit par mettre la main sur un grand blond aux cheveux décolorés, et elle ne le lâcha plus, finissant collée à lui comme une moule à son rocher. Je ris en voyant l'air un peu alarmé du garçon. De mon côté, je dansais avec plusieurs hommes, passant d'un partenaire à l'autre sans qu'il n'y ait rien de sérieux. Ne pas se prendre la tête et profiter du moment, c'était le mot d'ordre de la soirée.

Je finis par quitter la piste pour m'accouder au bar. Je n'avais pas vu MaryJo depuis un moment, mais je ne m'en inquiétais pas. Elle devait encore être avec son blondinet, il était fréquent que nous rentrions chacune de notre côté quand on sortait ensemble. Elle collectionnait les coups d'un soir... et moi aussi, dans une moindre mesure. Je commandais un autre verre, mes mains sur le comptoir battant distraitement la mesure en attendant que le serveur m'apporte ma bière-cassis.

Un homme vint se poster à côté de moi, sans doute pour commander également puis qu'il sortit de la monnaie. Mais une pièce lui échappa des mains et je la rattrapai instinctivement. Elle glissa sur mes doigts et je commençai à la faire rouler entre mes phalanges, d'abord lentement, puis de plus en plus vite. J'avais appris ça en prison, mais là-bas, si tu fais tomber la pièce, tu finis avec un doigt entaillé. J'avais eu quelques jolies cicatrices avant de prendre le coup de main. Au final, c'était presque comme un tour de magie. La pièce de monnaie roulait à toute vitesse entre mes doigts, virevoltant de l'index à l'auriculaire dans une danse endiablée.

Je finis en lançant la pièce en l'air, la rattrapant et la plaquant contre le comptoir dans un "CLANG" sonore.

- Oh-lé ! clamai-je.

Je levais les yeux vers l'homme à côté de moi, toute fière.

- C'est la première fois que je fais ça en étant bourrée.

Il me regardait d'un drôle d'air. Bon, je venais un peu de me donner en spectacle, là. Spectacle un peu ridicule, d'ailleurs. Je me mis à rire. Il m'était vaguement familier en plus. Je n'avais pas dansé avec lui, tout à l'heure ?

- Désolée, je fais des trucs bizarres quand j'ai trop bu.

Je ris à nouveau. Oui, l'alcool me fait beaucoup rire en général.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 10/05/2015
Localisation : Devant son piano
avatar
Jazz MacCloud
MessageSujet: Re: L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]   Ven 31 Juil - 19:38



Chloé Martin – Jazz MacCloud



J’ai vraiment besoin de changer d’air ce soir. De faire quelque chose de différent, quelque chose je ne fais pour ainsi dire peu, si ce n’est même jamais. Il est tôt, ou tard suivant le point de vue, lorsque je sors du bordel. Et je pars le nez au vent, avec l’idée de trouver un bar perdu dans le quartier. Ca ne manque pas, à Soho. Je n’ai donc aucune difficulté à en dénicher un.

Je pousse la porte et apercevant une table de libre, au fin fond du bar, je vais m’y installer. Un serveur vient rapidement prendre ma commande. Je ne boirais pas beaucoup ce soir, au maximum deux verres avec un degré léger si j’ai vraiment envie d’alcool. Je veux pouvoir rentrer en voiture et me réveiller frais et dispo demain.

Je passe un long, très long moment, planté devant mon cocktail, à observer les danseurs évoluer plus ou moins gracieusement et logiquement sur la piste. A qui danse collés-serrés, à qui a un style ridicule mais s’en fout, à qui enflamme la piste, à qui démarre avec l’un et fini avec l’autre… Sans compter les solitaires. J’ai toujours pensé que la danse révèle ce qu’on a enfoui au plus profond de nous. Une fragilité cachée, de la bestialité, une certaine souffrance ou n’importe quoi d’autre… Et c’est ce que je trouve de plus beau là dedans. Cette mise à nue. Même si là c’est dans un cadre peu avantageux et certains ressemble plus a des robots désarticulés qu’à des êtres humains sensibles.

La musique est une torture. Trop forte, trop criarde, trop agressive, avec trop de basses, elle m’évoque une palette de couleurs fluorescentes qu’on jette à la gueule d’une toile blanche. Mais si elle me casse les oreilles, elle a quand même le mérite de m’apporter du changement. On est loin, très loin de ce que j’écoute ou joue habituellement… Mais je me surprends à battre quand même la mesure de deux doigts sur la table. Le rythme est simple, légèrement entraînant et jusqu’ici je n’ai pas décelé de fausse note dans la mélodie, aussi peu agréable soit elle.

De loin, je repère quatre personnes d'à peu près mon âge qui cherche une table du regard, et je leur fait signe avant de quitter ma chaise. Je compte me tirer d’ici, j’entends mon lit crier mon nom… J’ai à peine le temps de me relever que le serveur débarrasse déjà mon verre. Je m’empare de l’addition et me dirige vers le comptoir d’un pas un peu traînant. J'atterris -je me crash presque sur le tabouret en fait- à côté d’une petite rousse qui semble sympathique et je lui adresse un bref sourire en guise de salut avant de fouiller mes poches pour en sortir de quoi payer mon cocktail. Une pièce s’échappe de mes doigts et je tente de la rattraper dans un mouvement réflexe tout à fait inutile puisque la jeune femme l’a récupérée bien avant moi.

Et c’est alors que le spectacle commence. Je suis fasciné par le mouvement qu’elle imprime à la pièce rien qu’avec ses doigts. Ça semble d’une simplicité déconcertante, pourtant je sais que ce n’est pas le cas. Il doit falloir des années d'entraînement et de pratique pour arriver à un tel niveau. C’est hallucinant. C’est passionnant, en fait, hypnotisant, comme un spectacle de magie. Ça me rappelle les prestidigitateurs, qui jongle avec n’importe quoi, sont capables de faire disparaître une carte en un rien de temps avec juste deux doigts et un peu de dextérité. Bon, beaucoup de dextérité, en fait. Et une cachette aussi.

Je sursaute violemment en la voyant plaquer la pièce sur le comptoir et je lève les yeux sur son visage, encore un peu émerveillé par ce que je viens de voir. Et qui vient de s’achever avec autant d violence qu’une bulle qui éclate.

-C’est impressionnant… Vous faites ça comment ?

Je ne suis pas spécialement étonné par le fait qu’elle est bourrée. Dans un bar, c’est chose courante à cette heure ci.

•••


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46
Date d'inscription : 16/06/2015
avatar
Chloé Martin
MessageSujet: Re: L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]   Sam 1 Aoû - 22:05

Ma petite démonstration semble avoir impressionné, et un peu émerveillé, l'homme à mes côtés. Je me retiens de rire parce que lorsque j'ai appris ce "tour", ce n'était pas vraiment avec l'objectif d'amuser la galerie.

- Ah, mais un magicien ne révèle pas ses secrets comme ça !

Je m'imagine un bref instant dans une grande robe noire, avec un chapeau pointu sur la tête et une baguette magique à la main. Harry Potter n'a qu'à bien se tenir, Magic Chloé est làààà !! Je glousse à cette idée.

- Mais en fait, j'ai pas grand chose d'une magicienne, pour tout vous dire. Alors au diable les secrets !

Je lève deux doigts, à l'image d'une enseignante pédante, ce qui me fait un peu rire.

- Rythme et vitesse.

Je reprends la pièce et recommence le tour de passe-passe, mais plus lentement.

- Faire glisser la pièce d'un doigt à l'autre est assez simple, mais il faut garder le rythme, sinon...

J'abaisse brusquement l'index, brisant la monotonie du mouvement et la pièce s'échappe de mes doigts pour rebondir sur le comptoir. Je la rattrape avant avant qu'elle ne s'éloigne trop, et reprends mon manège.

- Faut aussi aller suffisamment vite pour que la pièce ne tombe pas. Rythme et vitesse. Il suffit de trouver le bon équilibre entre les deux.

J'accélère à nouveau le mouvement de ma pièce, puis la fait sauter à mon autre main qui reprend la farandole. Mais je suis moins agile de la main gauche, ou alors c'est l'alcool que j'ai dans le sang, et la pièce s'échappe de mes doigts. Je la rattrape avant qu'elle ne tombe par terre.

- Bon en fait, dis-je sous le ton de la confidence, il faut surtout pas mal d'entraînement. Et accessoirement, être sobre.

Je ris à nouveau.

- Ma co-détenue, elle arrivait à faire ça avec deux pièces en même temps, et une seule main. Mais perso, j'y suis jamais arrivée.

Si j'étais restée un peu plus longtemps en prison, j'aurais peut-être fini par y arriver. Mais réussir ce tour avec une seule pièce avait suffit à m'apporter suffisamment de respect pour être tranquille le temps de mon court séjour, alors je n'avais pas cherché plus loin.

- Vous voulez essayer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 10/05/2015
Localisation : Devant son piano
avatar
Jazz MacCloud
MessageSujet: Re: L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]   Mar 4 Aoû - 10:51


Chloé Martin – Jazz MacCloud

Je ris doucement. Elle a raison. Un magicien ne révèle jamais ses tours, sinon, c’est bien simple, il n’y a plus de magie. Mais voilà qu’elle change d’avis et compte finalement me révéler le fameux “truc” qui lui permet de faire ça.

-Rythme et vitesse… ai je répété en jetant un bref regard à ses doigts levés.

Okay, ça, je m’en doutais un peu quand même. Je regarde à nouveau le trajet de la pièce, et cette fois, ça me parait beaucoup plus abordable comme tour de passe passe. Effectivement, elle me démontre avec un exemple flagrant que si le rythme est brisé, la pièce vole pitoyablement.

-Et vous savez faire ça avec les deux en plus.

Ouais, bon. Je sais faire beaucoup de choses avec mes deux mains moi aussi. Dix huit ans de pratique du piano, ça donne une certaines dextérité et une grande souplesse dans les doigts.

Je ris de bon coeur avec elle après sa “confidence”. Elle est sympa. Et de bonne humeur surtout. C’est cool les gens de bonne humeur. Ça donne toujours le sourire. Enfin, j’en ai pas spécialement besoin. Si on devait me donner le rôle d’un nain dans Blanche Neige, ce serait celui de Joyeux.

Je ne peux cacher ma surprise lorsqu’elle m’avoue à demi mots avoir fait de la prison. Mais je ne sais pas si l’interroger là dessus est une idée reluisante d’intelligence, j’en doute même. Elle a beau être sympa, elle pourrait s’énerver ou mal prendre ma curiosité.

-Euh… Pourquoi pas…

Je récupère ma pièce et la place habilement entre mes doigts, avant de tenter d’imiter le mouvement que je l’ai observé faire tout à l’heure. Après deux ratages complets symbolisés par l’envol de la pièce, je commence à saisir le truc, et, si je suis assez lent, je suis tout de même rapidement capable de jouer avec comme elle le faisait plus tôt. Je m’essaie même à faire le même chose de la main gauche. Avec succès.

-C’est pas si compliqué en fait.

Jouant toujours de la main gauche, les yeux rivés sur mes doigts, je tente d'accélérer progressivement le rythme. Et ça se passe plutôt bien pour l’instant…

-Vous dites que votre co-détenue arrivait à le faire avec une deuxième pièce ?

Je bloque la pièce entre mon index et mon majeur pour fouiller ma poche et en tirer sa petite soeur.

-Je vais essayer…

Je place la seconde pièce dans ma main droite et reprends le tour de passe passe avec les deux mains, avant de tenter de faire passer celle qui se trouve à gauche dans ma main droite. J’arrive à la receptionner sans problème, mais le rythme est perturbé et la voilà qui roule sur la tranche le long du comptoir et passe sous le nez de la rousse.

-Mmm bon, c’est pas encore ça ! dis je avant de m’esclaffer.


•••


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46
Date d'inscription : 16/06/2015
avatar
Chloé Martin
MessageSujet: Re: L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]   Mer 5 Aoû - 10:05

Mon voisin de comptoir se montre attentif tandis que je lui explique rapidement le coup de la pièce de monnaie. Il rit avec moi lorsque je lui avoue, confidence pour confidence, que le plus important reste la pratique, beaucoup de pratique, et accessoirement sans avoir un verre dans le nez. Il est plutôt sympa comme gars.

Il semble un peu surpris lorsque je mentionne sans vraiment faire attention la co-détenue qui m'a appris ce tour. Et je met trois secondes à comprendre que je viens plus ou moins de lui avouer à demi mots avoir fait de la prison. Laaaaaapssuuusss. Je rigole doucement. Je suis un peu saoule, ce doit être pour ça. D'ordinaire,  je ne révèle pas au premier venu que j'ai fait de la taule. Certaines personnes le prennent mal ou ont peur en apprenant que je suis une "taularde". Mais bon je suis pas vraiment en état de me soucier des conséquences à l'heure actuelle.

Il essaye à son tour de faire rouler la pièce entre ses doigts et après deux foirages complets, il commence à prendre le truc. Et il se révèle assez doué en fin de compte. Il accélère peu à peu le rythme puis fait passer la pièce à son autre main avec presque autant de talent que moi. Sauf qu'il m'a fallut un mois de pratique et quelques cicatrices au lieu d'un seul essai...

- Mon dieu, vous feriez un carton en prison !

Enfin dans une prison pour femmes de basse sécurité, tout du moins. Les établissements pour hommes, surtout de plus haute sécurité,  n'ont sans doute pas les mêmes jeux que nous. Je croise son regard et me décide à lui dire, après tout il a sans doute déjà compris que j'ai fait un séjour à l'ombre.

- C'est en taule que j'ai appris ce tour. Mais je vous rassure, je ne suis pas une tueuse psychopathe fraîchement évadée.

Je ris.

- Je me suis fait prendre en train de chaparder dans un supermarché. Du coup j'ai passé quelques mois à l'ombre.

Bon ça m'était arrivé plus d'une fois car en bonne cleptomane je ne peux pas m'empêcher de voler même quand il me parait évident que je vais me faire choper. Mais ça j'allais m'abstenir de le lui dire.

À l'image de ma co-détenue, il tente de faire le tour avec deux pièces.

- Si vous y arrivez du premier coup, je vous voue un culte !!

Je glousse tandis qu'il sort une deuxième pièce et tente le coup. Il arrive à faire passer sa monnaie d'une main à l'autre mais elle lui échappe peu de temps après pour venir rouler de mon côté. Je la rattrape avant qu'elle ne s'échappe totalement.

- Bien tenté.

Je souris.

- Camille - c'est ma co-détenue - était recherchée par les flics. Alors elle s'est planquée quatre ou cinq mois dans un cirque. C'est là qu'elle a appris ce tour, et quelques autres. Quand elle était d'humeur, elle jouait avec deux pièces, les faisant passer d'une main à l'autre comme si ce n'était rien. Un vrai numéro de jonglage.

Ce qui lui avait valu d'être la "chef" de notre groupe de détenues.

- Au fait, je m'appelle Chloé.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 10/05/2015
Localisation : Devant son piano
avatar
Jazz MacCloud
MessageSujet: Re: L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]   Ven 14 Aoû - 22:17






Chloé Martin – Jazz MacCloud






J’éclate de rire. Un carton, en prison, moi ?

-Je crois que je serais plutôt le type qui se fait violer dès sa première visite dans les douches et qui passerait son temps à se faire persécuter et tabasser… ai-je répondu, toujours aussi hilare.

Ca n’a rien de drôle pourtant. C’est presque un résumé de ma vie depuis l’école primaire. Hormis les viols, évidemment. Moi, en prison ? Je me ferais bouffer la gueule avant même d’avoir pu découvrir la tronche de ma cellule. Je n’étais même pas capable de me défendre face à mes camarades de classe lorsqu’ils me rackettaient, alors face à des assassins, des psychopathes et des violeurs pédophiles… Plutôt se suicider en avalant ma paire de chaussettes. Ça serait plus doux.

Je cesse de rire mais je ne me départis pas de mon sourire lorsqu’elle me dit qu’elle n’est pas une “tueuse psychopathe”, je cite.


[color=#EEEEEE]-Si vous en étiez une, vous ne le crieriez pas sur tous les toits et vous me diriez exactement la même chose…

Un léger frisson me secoue. Si elle en était une et qu’elle voulait me tuer, elle n’aurait aucun mal. J’ai beau dépasser le mètre quatre vingt dix, je ne suis pas violent pour un sou, et même une mamie paralytique atteinte de parkinson pourrait m’abattre d’une simple gifle. Quoique, elle pourrait même être encore plus dangereuse et sadique et me rouler dessus en fauteuil roulant. Uh, berk !



Je glisse à nouveau les deux pièces entre mes doigts pour reprendre mes essais. Je ne suis pas spécialement borné, je n’ai pas envie non plus de l’impressionner, je suis juste curieux de voir si je serais capable de faire ça. Jusqu’ici, j’ai toujours considéré que j’étais habile de mes doigts. Disons que ce serait un nouveau moyen de me le prouver.


-Et c’est indiscret de demander pourquoi vous avez chapardé ?

Je fixe mes mains. Et je recommence le mouvement, plus lentement. Ca ne me regarde pas, c’est vrai. Mais c’est elle qui a lancé le sujet, et je suis assez curieux, j’aime bien savoir qui j’ai en face de moi quand je discute. Pas forcément dans mon boulot par contre. Et puis ce genre d’activité ne se prête pas franchement aux échanges.



-Ça doit être cool de travailler dans un cirque. Mais dur aussi...



Ça aurait peut être pu me plaire. Le voyage. Le côté artiste. J’aurais peut être eu un aperçut de ce que ça fait de faire partie d’une grande famille où en théorie, tout le monde est solidaire.

Une fois, la deuxième pièce vole, deux fois, j’arrive à la garder quelques instants, trois fois, j’ai pris le coup.


-Ca y est, vous pouvez me vénérer !

Je m’esclaffe. Je fais passer les deux pièces de ma main droite à ma main gauche, et arrive à les maintenir de justesse. Puis j’arrête le mouvement et les pose sur le comptoir.

-Moi c’est Jazz. Vous faites quoi dans la vie Chloé ? A part jouer avec des pièces ?

C’est sympa, mais ça ne suffit pas à nourri son homme. Enfin, en théorie, après elle est peut être apprentie magicienne, et ça paie peut être très bien.



•••





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 46
Date d'inscription : 16/06/2015
avatar
Chloé Martin
MessageSujet: Re: L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]   Lun 17 Aoû - 18:30

Je le dévisage tandis qu'il me décrit ce que serait sans doute son sort s'il allait en prison. C'est vrai qu'il est plutôt du genre gringalet, mais les apparences sont parfois trompeuses. Certains petits sont de vrais teigneux auxquels il ne vaut mieux pas se frotter. Je hausse les épaules, amusée par son ton hilare.

- J'sais pas. Ma seule expérience se limite aux prisons pour femmes de basse sécurité.

Il ne semble pas très rassuré lorsque j'affirme ne pas être une tueuse psychopathe, et je ne peux m'empêcher de glousser même si sa position se défend. Genre, je fais si peur que ça ? Bon ok, j'ai déjà cassé quelques dents lors de bagarres... mais je suis pas méchante.

Je me tourne vers lui, l’œil droit à moitié fermé, la lèvre pendante agitée de tic, l'air dérangée et le regard fou. D'une voix basse et menaçante, je lui annonce :

- Je vais te suivre dans une ruelle sombre et obscure pour te vider de ton sang et te découper en morceaux...

Je tiens la pose cinq secondes avant d'exploser de rire. Non, je ne suis pas méchante, mais j'ai un humour de merde. Je ris tellement que je manque de tomber de mon tabouret.

- S'cuse. J'ai un humour à chier quand je suis saoule.

Mon hilarité se ternit un peu lorsqu'il me demande pourquoi j'ai chapardé, et mon sourire devient un brin forcé. Je hausse les épaules.

- J'en sais trop rien en fait. J'ai pas réfléchi, ça s'est fait comme ça. Pour le fun. Pour se marrer.

Ce n'était qu'à moitié un mensonge.

- C'est con, hein ? fis-je en haussant à nouveau les épaules.

Faudrait que j'arrête, je vais me choper un torticolis comme ça. Je bois un coup de mon verre pour tenter de me détendre. On frôle de près le sujet de ma cleptomanie, et ça me met un peu mal à l'aise.

Il continue de jouer avec les pièces et prend peu à peu le truc, arrivant à faire voltiger les deux en même temps. J'en suis abasourdi. Il m'a fallut des jours et des jours pour y arriver avec une, et en moins d'une heure, il gère avec deux. C'est... dingue !

- Ah, ah. Je me prosterne Saint Jazz !! Sérieux, j'ai jamais vu personne y arriver aussi vite. Vous méritez une médaille !

Je viens pas de passer du "tu" au "vous", là ? Quand est-ce que je l'ai tutoyé au fait ? Ohh... je sais plus. Pas grave.

J'ai du mal à réfléchir. Je reprends une gorgée de ma bière. Il faut soigner le mal par le mal, comme on dit.

- J'exerce le métier très gratifiant et édifiant de serveuse dans un fast-food. Je distribue à longueur de journée du poulet-frites baignant dans son huile.

Je repense à Alfie tout à coup.

- Comme dirait un de mes amis, je sacrifie joyeusement des poulets sur l'autel de la boulimie humaine...

Je me marre toute seule. Je devrais peut-être arrêter l'alcool pour ce soir. Je repose mon verre qui, sans que je comprenne comment, est déjà vide. Oui, il est peut-être temps de se calmer, Chloé...

- Mais je devrais peut-être entrer dans un cirque, ça me changerait un peu. Et ça pourrait être drôle.

Je souris.

- Et vous, vous faites quoi dans la vie, Jazz ?

J'adore ce nom !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'alcool est l'aspirine de l'âme [PV Jazz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock RPG  :: The game is on + London :: Autres quartiers :: Soho-