Partagez | 
 

 Fraternité sanglante [PV Severin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 201
Date d'inscription : 15/04/2015
Age : 21
Localisation : Sur un toit.
avatar
Sebastian Moran
MessageSujet: Fraternité sanglante [PV Severin]   Lun 25 Mai - 21:28




Fraternité sanglante
SEBBY & SEVERIN



Sebastian Moran ouvrit enfin la porte de son appartement après quatre longs jours d'absence. Jim exagérait vraiment des fois. Cette fois-ci, il l'avait carrément envoyer en Ecosse, pour poursuivre un homme stupide qui détenait soi-disant des informations. Le mec était mort deux heures après son arrivée, à la terrasse de son immeuble. Quand Sebastian avait tiré, le cadavre était passé au dessus de la rambarde, et il avait fait une jolie chute de cinq étages avant de s'écraser sur le bitume dans un crac sinistre. Il ne restait plus rien de son crâne. Le crime parfait. Scotland Yard avait mis ça sur le compte d'un suicide. Il l'avait lu dans les journaux le lendemain, en recherchant les informations. Sauf que voilà. Absolument rien. Nul part. Aucune trace de la Toile, de contact avec la Toile. Il s'était laissé berné par Jim comme un débutant. Il détestait être pris pour un imbécile, surtout quand c'était la personne la plus proche de lui qui se moquait ouvertement de lui. Bien sûr, il avait demandé des explications à son patron en rentrant, il s'était contenté d'hausser les épaules et de retourner à ses occupations, en lui laissant sa journée.

Salopard. Sebastian claqua rageusement son sac dans le buffet, ouvrit le frigo, attrapa une bière et se jeta sur le canapé, devant la télévision. Il y avait un match ce soir, ça l'aiderai à se calmer et à ne pas tuer Jim le lendemain matin. Deux heures et quatre bouteilles de bière plus tard, Sebastian était en train de ronfler devant le poste de télévision. Il était totalement claqué. Certes, le canapé n'était pas très confortable, mais quand on a dormi pendant trois jours dans une voiture, le canapé, c'est le grand luxe. Ce n'était pas n'importe quel canapé de toute manière, c'était un canapé nouvelle génération, avec masseurs intégrés. Et il avait fait la boulette de l'allumer. Puisque le match ne le passionnait pas, il s'était simplement assoupi, comme un gosse. Il se réveilla au moment où la télévision se mit à hurler. Un film d'horreur de deuxième partie de soirée. Il l'avait déjà vu. Il s'étira longuement, comme un tigre, puis posa les deux baguettes qui lui servait de jambes sur le sol. Il était grand temps d'aller se coucher, il n'en pouvait plus. Il traîna de la jambe, éteignant les nombreuses lumières de l'appartement, quand un bruit suspect se fit entendre.

Sebastian ralluma immédiatement, puis se stoppa, tendant l'oreille. Quelqu'un montait les marches de l'immeuble. A presque minuit. C'était bien louche tout ça. Certainement les voisins du dessus qui se relançaient dans le commerce de drogues. Ils faisaient toujours ça la nuit, alors que les gens dorment. L'isolation de cet appartement était catastrophique, il y a des fois où Sebastian entendait les voisins coucher ensemble dans la chambre juste à côté de la sienne. Oh, il s'en foutait pas mal, il claquait les portes juste pour les emmerder lui, mais ça avait de quoi être chiant. Au pire, il pourrait toujours les faire malencontreusement disparaître de la surface de Londres s'ils recommençaient... Ou se joindre à la fête. Il tenait mal l'alcool. A chaque fois il finissait à poil dans un lit quelconque. Il avait même sauté Laz. C'était dire. Il se sentait faible. Mais bon, tant qu'il était à la maison, il ne risquait rien. Pas vrai ?

La personne redescendit les marches. Trop rapide. Il avait dû se tromper d'étage. Il avait appris à décrypter ces signes là, en traquant les gens, dans les immeubles. Étrangement, il avait comme l'impression que c'était après lui qu'on en avait. Un pressentiment sans doute. Peut-être un des nouveaux qui a reçu un ordre de Jim et qui est totalement paumé, qui sait. Tous les snipers avaient son adresse de toute manière. Il entendit les pas se stopper, sur le palier. Il avait donc raison. C'était pour lui. En levant les yeux au ciel, Sebastian se dirigea vers la porte, en traînant de la patte. Il était en repos, il n'allait pas se dépêcher non plus. Il déverrouilla la porte, puis l'ouvrit, méfiant. On sait jamais, des fois que ce serait un abruti venu (encore) pour le tuer.

Cependant, la surprise fut tout autre. Devant lui se trouvait un homme qu'il aurait reconnu entre mille autres. En même temps, c'était normal. Ils partageaient le même sang, la même mère, la même famille. Le même insupportable père. Des tonnes de souvenirs remontèrent instantanément dans l'esprit de Sebastian. Lorsqu'il avait été contraint de quitter l'armée, il n'avait même pas pu le prévenir, on ne lui avait pas laisser le choix. Et ensuite Jim était arrivé, tout s'était enchaîné. Il avait l'impression de revivre la même scène. Celle de Severin Moran, arrivant à l'armée. Le visage de Sebastian se décomposa. Il ne s'y été pas du tout attendu à celle là. Son petit frère était censé combattre, ailleurs, loin d'ici, loin de Jim.

"Severin..." Il ouvrit la porte, en grand cette fois. "Qu'est-ce que... Qu'est-ce que tu fous ici ?"

Une idée lui traversa l'esprit. Jim ne devait pas le voir. Pour sa sécurité.

"Viens, entre."

Étrangement, il eut l'impression de faire la plus grosse gaffe de sa vie.

•••


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 34
Date d'inscription : 03/05/2015
Localisation : In London
avatar
Severin Moran
MessageSujet: Re: Fraternité sanglante [PV Severin]   Dim 31 Mai - 18:56




Fraternité sanglante


C'était arrivé par pur hasard. C'est ce que Severin tentait de se faire croire. Il était tombé par hasard sur cette adresse. Il ne l'avait pas cherché, non, il n'avait pas cherché la moindre information sur un certain colonel étant revenu de l'armée il y a deux ans.

Il se mentait. Évidement. Il ne pouvait se trouver ici, à Londres, dans son pays natal sans se demander où était son frère, la seule personne de sa famille qu'il pouvait et voulait encore voir. Il avait passé tellement de mois à se demander si il était toujours ici, dans la capitale ou si il était parti très loin pour échapper à tout son passé. Le plus jeune des deux Moran avait pourtant tout ce qu'il lui fallait dans la vie. Enfin pas vraiment, mais il pouvait se contenter de ce job qu'il avait et de ces personnes qu'il côtoyait à son travail et qu'il appelait ses amis. Bon, ce n'était pas ce que son psy lui avait dit mais peu lui importer, il n'allait quand même pas suivre les conseils de cet homme...

Enfin bon, maintenant qu'il avait cette adresse, autant s'en servir, non? Voilà pourquoi, alors qu'il était plus de 23h, Severin se décida à aller rendre visite à son grand frère. Cela faisait approximativement une semaine qu'il avait l'adresse et qu'il se demandait si il devait. Il était 23h20 lorsqu'il prit sa première bière, il devait se donner du courage avant d'y aller. Dix minutes plus tard, il démarra sa voiture et en quelques minutes, il y fut. C'était un immeuble, pas très original, il se fondait dans le reste des immeubles des alentours. *Evidemment, se disait Severin, Sebastian voudrait se cacher.* Il entra dans le bâtiment avec prudence et monta les escaliers, cherchant le numéro qu'il avait trouvé. Le blond eut quelques difficultés à le trouver mais finit par y parvenir. Il fixa la porte, très hésitant. Il n'osait pas toquer, il était bloqué, il ne pouvait pas revoir son frère. Qu'est-ce qu'il lui dirait? Qu'est-ce qu'il pourrait bien faire face à lui? Il ne pouvait pas... Il ne pouvait pas le revoir...

La porte s'ouvrit, le cœur de Severin s'arrêta. Ses yeux croisèrent ceux de Sebastian. Sa tête tourna et il écouta à peine ce que l'autre lui dit. Tout les souvenirs de son enfance et de l'armée lui revinrent en mémoire. Il avait l'impression qu'il allait exploser, figurativement parlant bien sûr. Il fit un pas en avant, il se sentait presque comme dans un rêve. Il n'avait plus l'impression de se contrôler. Il avançait tout seul vers lui, son frère, son modèle, celui qui avait toujours représenté l’entièreté de sa vie. Son poing partit tout seul. Il eut mal après le coup. Tout son bras lui fit mal, mais toute son âme aussi. Il n'avait jamais frappé quelqu'un aussi fort. Mais il ne le regrettait pas. Ça lui avait fait du bien, son cœur en était plus léger. Il se frotta le poing et fixa d'un œil noir l'autre blond.

"Espèce de sale... TU M'AS ABANDONNÉ!" S’écria Severin qui sentait la colère montait en lui. "Tu m'as encore abandonné, ENCORE. J'avais besoin de toi, et tu es parti!" Des larmes de rage montaient à ses yeux alors que ses poings se serrèrent, il avait envie de le frapper à nouveau, il avait envie de le tuer, de lui arracher le cœur à mains nus. Son frère... Sebastian Moran, il voulait le tuer. Non, non, il ne pouvait pas, il ne voulait pas. Il se jeta sur son aîné mais ne le frappa pas de nouveau, il le serra violemment contre lui.

"Je te hais... Je te hais... Je te hais." Murmura t-il sans lâcher l'ancien colonel. Il avait mal. Il se sentait retourner en enfance, il était redevenu un petit garçon qui pleurait en retrouvant son frère, comme la dernière fois, comme à chaque fois qu'il était déçu par le plus grand. Il lui en voulait mais à chaque fois il réalisait aussi qu'il l'aimait. Evidemment qu'il ne pouvait pas le haïr, c'était la seule personne qu'il aimait vraiment dans ce monde, la seule.

•••


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 201
Date d'inscription : 15/04/2015
Age : 21
Localisation : Sur un toit.
avatar
Sebastian Moran
MessageSujet: Re: Fraternité sanglante [PV Severin]   Lun 1 Juin - 20:33




Fraternité sanglante
SEBBY & SEVERIN



Sebastian n'en revenait toujours pas. Ce n'était tout simplement pas logique. Severin était censé se trouver à l'armée. A des centaines de milliers de kilomètres, très loin de Londres. Depuis quand était-il rentré ? Une pensée vint immédiatement à l'esprit de Sebastian, son petit frère, blessé. Ces salauds. Il n'avait demandé qu'une chose. Une seule chose avant d'être contraint de partir. Qu'on veille sur petit frère. Et même ça, ces abrutis avaient réussis à ne pas le faire. L'expression sur le visage de son petit frère était indescriptible. Il semblait lutter avec lui-même.

Et pourtant, contre toute attente, c'est son poing qui partit en premier. Sebastian s'écroula sur le sol, très surpris par cette réaction pour le moins... inattendue.

"Espèce de sale... TU M'AS ABANDONNÉ! Tu m'as encore abandonné, ENCORE. J'avais besoin de toi, et tu es parti!"

Sebastian resta silencieux, encore abasourdi. Son cerveau avait du mal à fonctionner ce soir. Il resta allongé sur le sol, à se tenir la joue comme un imbécile, ne comprenant absolument pas ce qu'il venait de se passer. Il l'avait frappé. Et ensuite il l'accusait de l'abandonner. Sebastian réfléchis un instant.... Il avait pourtant demandé à l'armée de le prévenir, non ? Comme quelques années plus tôt, alors que Severin lui avait reproché d'avoir disparu sans laisser de traces pour rejoindre l'armée, alors qu'il n'avait cessé d'écrire des lettres destinées à Severin. Le sniper n'avait qu'une seule envie pour le moment, retourner là bas, et buter tous les généraux, les uns après les autres.

Severin lui sauta dessus une nouvelle fois. Sebastian se crispa, de peur qu'il ne recommence à le frapper, mais non, il se contenta de le serrer dans ses bras. L'aîné resta là, les bras ballants, totalement perplexe. Le temps semblait comme s'être figé. L'espace d'un instant, Sebastian se revit plus jeune, beaucoup plus jeune, consolant Severin après une grosse dispute. Il sentit une boule se former dans sa gorge. Tous ces sentiments qu'il avait essayé de cacher tant bien que mal à Jim étaient en train de refaire surface. Ces sentiments que Jim considérait comme une faiblesse chez lui.

Il aurait tellement voulu repousser Severin, se prouver qu'il avait encore un minimum de libre arbitre, mais l'homme qui le tenait fermement n'était pas n'importe qui. C'était son frère. Celui dont personne ne connaissait l'existence. Et pour le moment, c'était les émotions qui gagnaient. Il serra son frère contre lui. Il ne savait pas vraiment ce qu'il ressentait. Un mélange de joie, d'incompréhension, de colère, de nostalgie. C'était indescriptible. Il y avait trop de choses qui se passaient en lui actuellement pour qu'il arrive à mettre un mot dessus.

"Je te hais... Je te hais... Je te hais."

Sebastian eut un pincement au cœur. Bien sûr, il savait que Severin n'était pas sérieux en disant ça, que c'était juste sous la colère, mais ça faisait quand même mal. Il se sentait mal de toute manière. Doucement, il fit reculer son petit frère pour pouvoir se relever. Il sentait déjà le contre-coup, il allait avoir un bleu. Un bleu qu'il allait falloir expliquer à Jim. Bah... Ce n'était pas le plus urgent. Il était évident que Jim ne devait pas tomber sur Severin. Dieu seul sait ce qu'il allait lui faire.

"Ecoute Severin..."

Il cherchait ses mots, hésitait. Qu'est-ce qu'il pouvait bien dire ? Bien sûr qu'il l'avait abandonné, il en avait parfaitement conscience. Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien y faire ? Il y avait été obligé. Dans les deux cas. Le premier, c'était un choix stratégique. Fuir père, s'en aller le plus loin de Londres. Le deuxième... Il n'avait pas vraiment eu le choix pas vrai ? On n'est même pas censé se relever d'une balle dans la poitrine. Pour les médecins qui l'avait soigné, sa survie était le résultat d'un miracle. Peut être aurait-il mieux fallu qu'il y reste, au fond, vu ce qu'il était devenu aujourd'hui. Sebastian se releva, entraînant son frère avec lui.

"Allez, rentre. Je crois qu'on doit parler."

Sans attendre de réponse, Sebastian entra dans son appartement, légèrement perturbé. Il attendit que son frère fut rentré, puis il ferma la porte.

"Qu'est-ce que tu fais ici ? Je veux dire... A Londres."

•••


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Fraternité sanglante [PV Severin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fraternité sanglante [PV Severin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock RPG  :: The game is on + London :: Other Timelines :: Flashbacks-