Partagez | 
 

 (follow the white rabbit) ☈ F R E E !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 165
Date d'inscription : 11/05/2015
Age : 22
Localisation : londres.
avatar
Lysander P.-S. Kingsley
MessageSujet: (follow the white rabbit) ☈ F R E E !   Lun 11 Mai - 16:09



C'était comme si je réapprenais à marcher ou comme si j'étais sur un navire ne cessant de bouger par la rage des vagues. C'était tout simplement impossible. La tête basculée vers l'arrière, je regardais les étoiles dans le ciel sans vraiment savoir où j'allais réellement. Peut être que je suis au milieu de la route et qu'une voiture viendra me percuter comme il pourrait rouler sur un pauvre animal errant qui n'aurait rien demandé. Je continue ma trotte, ma pseudo-fuite d'un ennemi qui n'est même pas présent en train de me poursuivre. Mais je sais qu'un jour ou l'autre, il finira par découvrir mon absence, il me rattrapera et ce jour là, il me fera payer mes mauvaises manières, celle de ne pas l'avoir écouté, celle d'être là à quitter mes fantômes passés...

Mais dans ma course, il n'y a pas que lui dont j'essaye de semer ; il y a tout les autres qui traînent. J'ai appris, durant toutes ces années de servitude et de cauchemar vivant que n'importe qui pourrait s'en prendre à moi. N'importe où... N'importe quand. Et j'ai si peur parce qu'il fait nuit. Ici je suis autant vulnérable que dans cette foutue maison close. Je ne dirais pas que je suis brisé, mais presque. La drogue fait toujours autant effet, comme si j'ai toujours eus cette impression de planer, de tanguer et de chuter alors que ce n'est pas le cas. Le pire, c'est d'être conscient de ce qui m'arrive. Non, de ce qui m'est arrivé. Là au moins, peut être aurais-je une once de lucidité pour crier et appeler à l'aide, mais qui ? Il ne fallait pas que j'oublie que n'importe qui pouvait être mes ennemis. Même la créature la plus douce... Après tout, n'est ce point comment mon ancien détenteur se comportait avec moi ? Oh que oui il avait l'air si sympathique. Et pourtant... Pourtant il avait changé ensuite, me maîtrisant d'une poigne de fer afin de me domestiquer. Mais aujourd'hui, c'était différent, j'étais libre.

Plus pour longtemps songeais-je. Au plus profond de moi, j'avais toujours l'impression d'être cette pauvre personne, encore abandonnée, encore emprisonnée. Oui, je pouvais fuir, mais difficilement. Et d'ailleurs, quelle direction pouvais-je bien prendre ? Mes parents ne désireraient pas m'héberger. Pas moi, pas après ce qui s'était passé. A peine 18 ans, j'étais déjà une tapin. Et que diraient les proches de la famille ? Oh non, mon vieux ne voudrait vraiment pas que je lui fasse honte, j'en avais déjà fais assez comme ça par le passé. Mes Études ? J'ai même pas eus le temps d'en faire. Je ne pouvais alors que compter sur ma pauvre carcasse d'essayer de voler, ou bien de me produire dans les rues, sans doute ma prochaine maison. Face à mes prédateurs d'autrefois. Il ne serait alors plus question de vie mais de survie. Se battre contre le froid et la fatigue. La famine et la soif... Puis les autres...

Ma tête semble tourner de plus en plus, et je m'effondre sur le sol, me blessant méchamment alors que mon corps retomba sur une bouteille de bière qui me taillade la peau. Je pleure. Je n'ai plus la force de réagir ou de faire quoique ce soit d'autre. Je remarque que l'endroit où je me trouve est parfaite comme cachette ; un cul-de-sac sombre. Il me suffira alors sans doute de trouver de quoi m'aider dans les bennes, peut être une vieille couverture toute trouée, à l'odeur nauséabonde.. Mais je ne veux plus bouger, bien que je me refroidis sur ce par-terre de béton. Et ma tenue n'aidait vraiment pas ; un jean et une chemise ouverte au tissus très fin n'était rien comparé à un bon pull que je ne su point trouver lors de ma fuite. Mais au moins, j'étais habillé pensais-je...

Recroquevillé comme un fœtus, gardant la demi de bouteille au creux de mes mains, tel un enfant tenant son doudou, je laisse mes yeux se fermer à demi-clos. Je suis totalement exténué. Aussi bien psychologiquement que physiquement. J'ai l'impression que ce sont mes derniers instants dans le monde des vivants, comme je l'espère tant. Néanmoins, des pas se dirigeant dans ma direction me pousse à me relever. Peut être que c'est lui et qu'il est venu me rechercher, à moins que cela ne soit que pour régler mon compte. J'ai si peur et je bondis vers l'arrière, pointant la bouteille de verre aux pointes acérées maladroitement dans la direction de l'ombre qui s'avance. Je vacille mais je tente de tenir bon ; je dois pas montrer que je suis faible cette fois-ci, je dois combattre l'adversaire et le vaincre, s'il le faut... Aussi je grogne à l'adresse de l'inconnu en face de moi.

« - Ne me faites pas de mal... ! N'approchez pas... ! ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 10/05/2015
Localisation : Devant son piano
avatar
Jazz MacCloud
MessageSujet: Re: (follow the white rabbit) ☈ F R E E !   Mar 12 Mai - 19:14


Lysander P.S. Kingsley – Jason B.C. MacCloud



Cest lui. J'en suis sûr et certain à présent. J'ai reconnu ses pleurs. Je les ai trop souvent écoutés par le passé pour me tromper.

Je ne sais pas depuis combien temps je lui coure après. Je sais que ce n'est pas la bonne solution, il est terrorisé, et ça ne le pousse qu'à fuir encore plus, encore plus vite, et encore plus loin. Mais je n'ai pas d'autre moyen de le récupérer. Alors je me dis que si je le coince, peut-être qu'il me laissera lui parler...

Je dois avouer que son départ m'a causé un sacré choc. De un, parce qu'il ne m'avait pas mis dans la confidence, et de deux, parce qu'il a enfin réussi à se sortir des griffes du proxénète. Et ça, c’est ce que je pouvais souhaiter de mieux pour lui.

J'ai les poumons en feu, mais Lys doit être en bien pire état que moi avec la dose de drogue qu'il ingurgite régulièrement depuis des mois. Je n'ose même pas l'appeler, au cas où l'un des sbires de notre employeur soit dans le coin... Si j'arrive à le ramener chez moi, il sera en sécurité. Personne ne viendra le chercher dans mon appart, personne ne lui fera de mal. Je crois bien que plus que pour le retrouver, c'est pour sauver sa vie que je coure cette nuit. La vie de mon meilleur ami.

Je m'arrête un bref instant. Je l'ai perdu de vue après qu'il ait tourné dans la ruelle. Merde... Merde merde merde ! Une main appuyée contre le mur le plus proche, tête basse, le souffle court, j'essaie de voir au travers des ténèbres qui emplissent cette impasse mal éclairée. C'est un bruit de chute et de bris de verre, légèrement étouffé, qui me convainc que je ne me trompe pas... Il est bien là, quelque part, prostré comme un enfant qui en a trop pris dans la gueule pour réussir à se relever une nouvelle fois.

Je reconnais ses sanglots.

Doucement, je pose un pied devant l'autre, pour avancer lentement dans ce que je suppose être sa direction. Il est caché près des poubelles, juste sous la lumière clignotante d'un lampadaire.

-Lysander ? ai-je chuchoté dans un souffle.

Il bondit soudain devant moi en brandissant une bouteille brisée et je recule précipitamment pour éviter qu'il ne me blesse. Je lève légèrement les mains.

-Lys ! Lysouille c'est moi, c'est Jazz, je ne te ferais pas de mal... Calme toi, tu crains plus rien... Lâche cette bouteille, tu vas te blesser...

Je fais quelques pas vers lui et saisit délicatement le corps de son arme improvisée entre mes doigts gourds.

-Lâche ça... Tu vas te faire mal...

Lorsqu'enfin il m'écoute, je jette la bouteille loin de nous. Je crois avoir vu du sang, entre les deux pans de sa chemise ouverte. J’espère que ce n’est qu’une hallucination.

-Viens là... C'est fini.

Je l'attire dans mes bras et le serre doucement contre moi, jusqu'à ce qu'il se calme. Il tremble, il est glacé et moite en même temps.

-Attends.

Je m'écarte et retire mon pull pour le lui enfiler, sans chercher à comprendre ni à savoir s’il en a envie ou non. Il en a besoin, et je ne veux pas qu’en prime il tombe malade, il en bave déjà suffisamment comme ça.

-Tiens. Ça ira mieux comme ça... Et maintenant tu viens avec moi...

Je glisse un bras autour de ses épaules.

-Je te ramène chez moi. Tu craindras rien là-bas. D'accord ? Et tu seras toujours mieux que dans la rue... Ca fait des jours que je te cherche...

Je frissonne. Maintenant c'est moi qui ai froid. Tant pis. Je nous préparerais un chocolat chaud quand on sera à la maison. Je resserre ma prise sur lui. Toi, maintenant que je t'ai retrouvé, je ne te lâche plus...

•••


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 165
Date d'inscription : 11/05/2015
Age : 22
Localisation : londres.
avatar
Lysander P.-S. Kingsley
MessageSujet: Re: (follow the white rabbit) ☈ F R E E !   Jeu 4 Juin - 15:47



« - Lysander ? (...) Lys ! Lysouille c'est moi, c'est Jazz, je ne te ferais pas de mal... Calme toi, tu crains plus rien... Lâche cette bouteille, tu vas te blesser... ». Je bondis presque instinctivement sans reconnaître de suite à qui j'ai affaire avant de le voir enfin. Jazz. Qu'est-ce qu'il fait ici ? Pourquoi m'avait-il suivit ? Il y avait d'autres collègues dans le coin ? Ils avaient tous attendu que je me calme avant de me bondir dessus ? Si j'arrive à percevoir de la douceur dans ses gestes, il m'est impossible pour moi de lui faire totalement confiance. Je crois que c'est bien la première fois que la peur m'envahit autant en réalité... Même si jadis je craignais de reconnaître le client avec lequel j'avais passé ma nuit, je pense que la pire des personnes que je pouvais redouter était notre proxénète. Il tenait dorénavant ma pauvre et minable vie entre ses mains. Il m'avait réduit à néant pour que je ne puisse évacuer son lieu de cauchemar à tel point que je devais donner un spectacle horrible actuellement face à mon ami. Difficile à savoir s'il ne m'avait pas rendu complètement ou non. J'étais un petit chaton qui ne savait plus comment agir en dehors de la maison... Maison que j'allais certainement retrouvé en sachant que Jazz m'avait rattrapé. Il s'approche d'ailleurs et je fais un bond en arrière, cognant mon dos contre le mur, le bout de bouteille toujours tendu maladroitement. Mais je n'ose l'attaquer avec. Il a été un grand soutient au cours de ses dernières années, je ne pouvais me permettre de lui faire du mal. Aussi, je le laisse attraper ma pseudo-arme lorsqu'il s'en saisit et me laisse presque tomber dans ses bras alors qu'il me prend contre lui. Je m'effondre, versant toutes les larmes amèrement salées que je peux produire, gémissant comme un petit bébé. Je crois bien que tout est fini. « - Viens là... C'est fini. ». Oui, c'est fini. Je ne bouge plus et ferme doucement les yeux. Je me dis que ce n'est qu'un temps de liberté, s'il est réellement là pour venir me remettre dans ma chambre mais qu'au moins, elle a valu d'être vécue. Quelques secondes, rien que pour moi, malgré mon terrible état de drogué. Je me sens sale, petit, faible et immonde. Il n'y a pas besoin de plus de temps pour des gens comme moi. Je me rends peu à peu compte et je m'étonne presque de la douce attention que me porte Jazz. D'ailleurs il ne fait pas seulement que de m'aider à tenir sur mes deux pieds, il va même me confier son pull pour me réchauffer. « - Tiens. Ça ira mieux comme ça... Et maintenant tu viens avec moi... ». Je me blottis contre lui mais je tente de l'arrêter. J'ai peur de l'endroit où il pourrait me ramener... « - Je ne veux pas y retourner... Promets-moi que tu ne m’emmèneras pas là-bas... ». Le suppliais-je dans un petit murmure timide, mais il reprend.  « - Je te ramène chez moi. Tu craindras rien là-bas. D'accord ? Et tu seras toujours mieux que dans la rue... Ca fait des jours que je te cherche... ». Je peine à y croire. Vient-il de dire qu'il va me prendre chez lui et non dans cet endroit maudit ? Il... Il va m'aider et me sauver ! Cependant je suis plutôt inquiet. Si j'ai fuis comme un voleur sans rien dire à personne, c'est à la fois pour éviter que cela soit répété, mais aussi pour que mes plus proches amis comme l'est Jazz ne soit pas embarqué dans une affaire qui ne le concerne pas. Pour qu'il n'est pas de problème par ma faute. Or, cela risquait de se passer s'il songeait de m'embarquer chez lui... Peut être même que notre proxénète pourrait lui faire payer très cher... « - Abandonne-moi... S'il le sait que tu m'as dépanné, il te le fera payer... » terminais-je en un léger gémissement. Mais s'il était déterminé à m'emporter, je n'aurais de toute manière pas le choix... J'étais bien trop fragile pour me battre avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 168
Date d'inscription : 10/05/2015
Localisation : Devant son piano
avatar
Jazz MacCloud
MessageSujet: Re: (follow the white rabbit) ☈ F R E E !   Jeu 9 Juil - 13:57


Lysander P.S. Kingsley – Jason B.C. MacCloud



Tout en le gardant contre moi, je tente de faire quelques pas, mais il a l'air d'avoir tellement de mal à marcher que je m'arrête. Il a certainement besoin de plus de temps pour se remettre de son émotion. Parce qu'au niveau du physique et du mental, ça va être long, très long... Mais je serais là. Je ferais de mon mieux pour l'aider.

Quand j'étais gamin, une fois, je me suis retrouvé face à un chaton à peine plus grand que ma main. Il était coincé derrière une poubelle -j'aime bien les poubelles, on peut s'y cacher facilement quand on se fait courser par ses racketteurs - et il était vraiment dans un piteux état, du genre mort de faim, de soif, complètement galeux et plein de plaies infectées. Quand j'ai voulu l'attraper, je n'ai eu droit qu'à un feulement ridicule et un petit coup de griffe maladroit. Pas effrayant le moins du monde, à peine gênant. Je l'ai pris dans mes bras pour le ramener chez moi. Je l'ai caché à mes parents, convaincu que mon père l'aurait noyé s'il l'avait vu, mais pas à notre majordome, Nicholas. Malgré son aide et nos soins, la petite bête était en trop mauvais état et elle est morte moins de deux jours après...
Actuellement, Lysander me fait penser à cette pauvre boule de poil. Perdu, abandonné de tous et en pitoyable état...

-Sssshh....

Je passe une main dans ses cheveux et resserre encore un peu plus ma prise sur lui.

-De un, il n'y a aucune raison qu'il l'apprenne... Surtout qu'il me laisse pas mal de liberté et de tranquillité...

Je plonge mon regard dans le sien, espérant ainsi le tranquilliser et le rassurer.

-Et dans le cas où il l'apprendrait, c'est mon problème si il me tombe dessus... Mais comme il ne sait pas où j'habite, il ne t'arrivera rien. Même s'il me le fait payer... D'accord ?

Je lui adresse un minuscule sourire et essuie ses joues humides... Non, détrempées serait plus exact. Et je n'ai même pas de mouchoir dans ma poche ! La honte...

-Viens... Il faut qu'on rentre maintenant... Tu as besoin de repos, d'un bain bien chaud et d'un chocolat avec des marshmallows et de la chantilly...

Et cette fois ci, quand je l'entraine, toujours avec lenteur, il me semble plus stable sur ses pieds.

-Ma voiture est assez loin... Tu préfère y aller à pied ou on prend le métro ?

Je préfère lui laisser le choix. Il y a la fatigue bien sûr, mais surtout la peur, sa terreur d'être rattrapé... Une autre option s'offre à nous, qu'il reste ici, caché, le temps d'aller chercher ma voiture. Mais je ne le laisserais pas seul. Pas dans l'état où il est. Il est bien trop vulnérable.

•••


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: (follow the white rabbit) ☈ F R E E !   

Revenir en haut Aller en bas
 

(follow the white rabbit) ☈ F R E E !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock RPG  :: The game is on + London :: Autres quartiers :: Soho-