Partagez | 
 

 Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 50
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 33
Localisation : Au pub
avatar
Molly Malone
MessageSujet: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Sam 2 Mai - 0:54


   

   Avec Jarod D. Anderson

   
   

   Ange Gardien?
   
Molly esquiva avec la dextérité de l'habitude l'un des habitués du pub. Ce dernier, la cinquantaine sonnante et trébuchante, avait toujours eu tendance à avoir les mains bien trop lestes pour la population féminine de l'établissement. Heureusement, il se contentait d'essayer de palper les postérieurs des serveuses, sans aller plus loin. C'était gênant et passablement énervant les premières fois mais il suffisait de le savoir et d'apprendre à gérer une certaine distance de sécurité lorsque l'on passait à proximité de son tabouret. Cela en devenait presque un jeu entre les filles travaillant là… Après tout le pauvre bougre n'était pas méchant et ne manquait jamais de leur offrir des pourboires satisfaisants, baragouinant toujours que c'était la moindre des choses pour le supporter. Un pauvre bonhomme un peu pommé qui survivait à ses journées grâce à ça… Classé inoffensif et faisant partie du décors…

Il n'empêche qu'à la fin de la journée, l'irlandaise était bien contente de se perdre sous sa couette, loin de tout ces clients… Elle échangea un sourire avec l'un de ses collègues alors qu'elle se glissait derrière le bar, déposant les verres vides qu'elle venait de collecter dans l'évier. Ce n'était pas à elle de faire la fermeture ce soir, elle pouvait donc se permettre de laisser tout cela en plan et de ne pas penser non plus à la longue heure que prenait le nettoyage de la salle. Encore un petit quart d'heure et il serait minuit. Là, elle pourrait prendre ses clics et ses clacs et rentrer chez elle. Molly avait une nature de fêtarde mais il y avait tout de même des soirs où elle ressentait le besoin de recharger ses batteries. Aujourd'hui était l'un de ces jours et elle se doutait qu'elle allait probablement accumuler plus de neuf heures de sommeil…

Enchaînant des gestes précis qu'elle connaissait désormais par coeur, la jeune femme prépara les derniers verres qu'elle allait servir. Un verre de porto et un de whiskey pour le petit couple de l'un des box et une pinte d'une blonde anglaise… La partie féminine du couple, perchée sur des talons provoquant probablement le vertige chez n'importe quel humain normalement constitué, laissa son compagnon chercher leurs consommations au bar. Gentil jeune homme qui n'avait pas trop conscience qu'il avait à faire à une croqueuse d'hommes… Et la pinte vint délicatement se poser sur le comptoir, juste devant le jeune homme aux cheveux noirs et longs et, surtout, à l'air un peu fatigué. Las plutôt… Lui aussi faisait partie des habitués mais il était rare de ne pas le voir avec ses collègues de travail, ou aussi tard d'ailleurs… D'habitude elle prenait toujours le temps de discuter avec lui, flirtant légèrement même quand le coeur lui en disait, mais ce soir elle était un peu trop fatiguée...


-Ah je vais pas pouvoir vous tenir compagnie ce soir… Désolée…

L'irlandaise offrit un sourire à l'un de ses clients préféré avant de pousser le verre dans sa direction. Si elle n'avait pas été aussi fatiguée, elle serait restée accoudée là quelques minutes de plus, échangeant quelques banalités sur leurs journées. C'était le genre de discussions qu'elle appréciait avec lui… Elle se redressa plutôt puis lui offrit un salut, portant deux doigts à son front, et s'éloigna enfin vers l'arrière, disparaissant derrière une porte portant fièrement « employees only ». Quelques minutes plus tard elle en émergeait à nouveau, veste en cuir passée, sac passé en bandoulière et bâillement difficilement ravalé. Molly salua d'un geste ou d'un sourire les collègues qu'elle croisa, donnant même un petit coup de poing amical dans l'épaule du videur avant d'être engloutie par la nuit londonienne.

Minuit et quart… Le quartier était encore plein de vie, les noctambules de la capitale anglaise profitant de tous les établissement de Soho. Marchant d'un pas vif, l'irlandaise appréciait que la nuit soit fraîche mais peu humide… Le retour vers son propre nid n'en serait que plus agréable. Après quelques longues minutes dans les rues principales, elle commença à prendre certains raccourcis pour aller plus vite. Bientôt les bruits pleins de vie se firent bien plus discrets au profit du claquement des talons des bottes de cuir de Molly. Ainsi que ceux, bien plus silencieux, d'une paire de chaussures masculines…

   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 64
Date d'inscription : 22/04/2015
Localisation : Ripper Cave
avatar
Jarod D. Anderson
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Lun 4 Mai - 9:52


Il est tard. Ce soir, je suis au pub irlandais en repérage de ma prochaine potentielle victime. Tom Colson dit << Tommy >>. Selon mes recherches, il serait impliqué dans le trafic d'humains pour la prostitution dans les pays de l'ouest. Si le proxénétisme ne rentre pas systématiquement dans les critères pour juger qui doit vivre ou mourir, mon instinct me dit qu'il ne fait pas qu'enlever de pauvres personnes innocentes pour les forcer à se prostituer. Il doit très certainement "tester la marchandise", comme ils disent dans le jargon... Leur parler me débecte vraiment au plus au point... Il est là. Ma cible est là. Ce ne sont que des suppositions, je ne fais que rechercher des informations. Dis moi, Colson... Es-tu une de ces sales pourritures qui périra sous le fil de ma lame..? Ou es-tu simplement une de ces sales pourritures qui a la décence de ne pas faire plus de mal à de parfaits innocents..? Je sirote une bière anglaise par petites gorgées, ayant l'air naturel quand je localise Colson. Box au fond à ma droite. Il boît ce qui semble être un whisky avec des glaçons. Je suis tiré de ma concentration par la serveuse à la longue chevelure d'aile de corbeau  à l'accent irlandais plutôt prononcé et qui m'a servi ma bière. Depuis que je vais ici, c'est celle avec qui je parle le plus souvent. Elle est assez agréable, en y repensant... Je lui fais un geste amical de la main alors qu'elle semble partir, finir enfin son service et aller prendre un repos bien mérité. Ce que fait la plupart des gens, d'ailleurs... C'est alors que Colson se lève au bout de quelques minutes. Il passe lentement à côté de moi. La lumière dans ses yeux ne ment pas. Il va chasser. Avec un sourire joueur, je finis ma boisson avant de le suivre une fois qu'il est sorti du pub. C'est maintenant que les choses vont pouvoir commencer...


Soho est très sombre cette nuit. J'y revois le paysage décrit par Stevenson dans l'Etrange cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde. Sauf que c'est Mr Hyde qui joue le rôle d'Utterson pour chasser un tout autre détraqué dans cette histoire... Après tout, qui d'autre qu'un monstre peut traquer les autres monstres ? Il est déjà loin. Très bien. Je n'ai pas mon couteau sur moi, étant simplement venu le prendre en filature et enquêter... Son pas est celui d'un chasseur. Un chasseur qui... Traque une proie. C'est mauvais. On ne peut pas arrêter un chasseur dans sa traque à moins de l'abattre. J'accélère le pas, sortant mes gants pour les enfiler. Je reste à distance de lui, mais ma vigilance ne le quitte pas. Il va plus vite, passe dans des petites ruelles vides, se déplace silencieusement... Au fond, comme moi lorsque je chasse la vermine de son espèce... Mais il arrive à me semer. Je perds sa trace au coin d'une ruelle. Mes sens sont en éveil pour retrouver sa trace. N'importe quelle odeur, n'importe quel bruit... Ca y est. Un bruit de pas dans la nuit, très silencieux... C'est lui. Sa marche, son rythme, son pas... Je reprends ma chasse. J'entends du bruit au fond de la ruelle qui s'apparente à un cri étouffé. Sainte merde ! Et je n'ai pas mon couteau pour prononcer le jugement... Mais je ne peux pas laisser une personne de plus se faire violenter par cette pourriture ! C'est contre aux règles du Code. J'accélère le pas, suivant les bruits de lutte avant d'arriver dans la ruelle qui est un cul de sac... Mes yeux ne le lâchent pas et je m'avance vers lui. Le Ripper devra frapper une nouvelle fois. Mais cette fois, sans sa signature... Quelle ironie !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 33
Localisation : Au pub
avatar
Molly Malone
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Lun 4 Mai - 13:45


   

   Avec Jarod D. Anderson

   
   

   Ange Gardien?
   
Il y avait du bon à avoir grandi en partie dans un milieu aussi dur que celui dont s'était extirpée Molly depuis quelques années. Certes, on perdait certains acquit à ne pas les travailler, mais il y avait toujours une base qui restait. Et c'était suffisant pour que l'irlandaise se sache suivie… Celui qui lui filait le train était bon, elle pouvait le reconnaître, mais le picotement qu'elle ressentait au niveau de la nuque était un indice qui ne trompait pas. On l'observait attentivement… Et elle parvenait aussi à discerner très légèrement un second rythme de pas. C'était très léger, discret, quasiment silencieux, mais juste un poil décalé par rapport au sien. Juste assez pour qu'elle puisse le détecter en tendant l'oreille…

N'importe quelle jeune femme normalement constituée, ou éduquée, aurait alors pressé le pas afin de rejoindre une artère beaucoup plus fréquentée. De là il suffisait de haranguer un taxi pour pouvoir retrouver une certaine sécurité et laisser la potentielle menace derrière soi. Sauf que la serveuse avait été éduquée autrement et son passif était tel qu'elle ne pouvait pas laisser passer ce genre de situation sans chercher en savoir plus. Cela pouvait être un simple stalker, un pauvre mec qui prenait son pied en terrorisant les jeunes femmes qui lui paraissaient sans défense. Un pervers peut-être, classique et prédictible… Mais cela pouvait être aussi quelque chose d'autre, une part du passé de l'irlandaise qu'elle essayait de laisser derrière elle. Si c'était le cas, elle ne pouvait pas se permettre de simplement fuir en espérant que son suiveur perdrait tout intérêt. Cela pouvait être le signe avant-coureur de problèmes bien plus graves…

Molly dédaigna donc la sécurité des rues fréquentées et se perdit un peu plus dans les ruelles, ralentissant le pas afin de s'assurer que son inconnu ait amplement l'occasion de l'approcher. Même si elle s'était préparée à une attaque, la jeune femme fut surprise par le bras qui s'enroula soudainement autour de son cou ainsi que par le mouchoir à l'odeur doucereuse qui fut plaquée sur son nez et sa bouche. L'irlandaise réagit immédiatement, retenant sa respiration et balançant violemment sa tête en arrière, accompagnée de son coude. Elle sentit immédiatement qu'elle avait fait mouche quand la douleur explosa à l'arrière de son crâne et qu'elle fut libérée. Et qu'un violent juron s'échappa de la bouche de son agresseur. Sans perdre de temps, elle se retourna afin de pouvoir faire proprement face à l'inconnu qui avait lâché son mouchoir plein de chloroforme, portant sa main à son visage ensanglanté. Visiblement elle avait du toucher son nez avec efficacité. Cela arracha un sourire à Molly, il l'avait bien cherché ! Par contre, malgré sa main et le sang, ce n'était pas un visage qu'elle connaissait…

Le bonhomme ne devait pas avoir l'habitude qu'on lui résiste autant. Ni que sa future victime ne l'attaque aussi ouvertement. L'irlandaise enleva rapidement son sac et lui en donna un violent coup au niveau de la tête après l'avoir fait tournoyer, profitant de la surprise initiale pour le toucher. Cela le fit tomber au sol et la jeune femme n'attendit pas pour pousser son avantage. Elle lui donna un violent coup de pied dans le ventre, l'envoyant rouler vers l'un des murs de l'allée. Elle ne voyait plus que son dos alors qu'il était en position foetale, mais cela ne l'empêcha pas de continuer avec ce qu'elle avait en tête. La serveuse se rapprocha de lui, prête à lui donner un nouveau coup…


-Qu'est ce que tu me veux ? Qui t'envoie ?

Molly n'eut pas le temps de donner un nouveau coup pour ponctuer ses questions. L'homme roula brusquement vers elle, parvenant à percuter ses jambes et à lui faire perdre l'équilibre. À peine touchait-elle violemment le sol qu'il se jetait sur elle avec un grognement plein de rage. Pendant quelques instants ce ne fut qu'un échange de coups maladroits et brouillons jusqu'à ce qu'une douleur fulgurante lui traverse le flanc, lui arrachant un cri étouffé. Le souffle coupé, elle se roula en boule pour protéger son flanc, enregistrant de façon distante que son agresseur se redressait. Tâtonnante, sa main se referma faiblement sur quelque chose de long qui dépassait de son flanc, quelque chose qu'elle comprit comme étant la source de sa douleur. Mais elle n'eut pas le temps de plus analyser la situation car l'homme se baissa et lui arracha sèchement la protubérance. La douleur fut tellement aiguë qu'elle ne parvint même pas à crier…

Sans trop savoir comment elle y était parvenue, Molly se retrouva acculée contre un mur, assise au sol, la main pressée contre son flanc. Haletante, elle leva les yeux vers son agresseur… Il tenait fermement un couteau en main et elle comprit brusquement que c'était ça qui dépassait de son flanc peu de temps auparavant. Et à l'éclat de son regard, il ne comptait pas plus s'embêter avec elle...

   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 64
Date d'inscription : 22/04/2015
Localisation : Ripper Cave
avatar
Jarod D. Anderson
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Mar 5 Mai - 11:26


J'arrive dans la ruelle et je suis en présence de Colson tentant d'en découdre avec une jeune femme. Il a réussi à lui planter son couteau dans le flanc. Cette blessure peut être très grave, mais au jugé, ça ne semble pas mortel. La lame n'est pas assez plantée dans la chair pour mettre la vie de la victime en danger. Il récupère sa lame avant de tenter de retourner attaquer la jeune femme. C'était sans compter mon intervention. Je lui attrape le bras avant de le retourner, de frapper dans son épaule et de le fracasser contre le mur. Je m'empare de l'arme et l'essuie avec mon mouchoir de poche. Je n'ai pas d'autres armes disponibles et il est presque inconscient. Parfait. Je l'attrape par les cheveux et je lui tranche la gorge d'un coup sec, net et propre. C'est loin d'être ma signature, mais je n'étais pas censé avoir du sang sur les mains cette nuit... J'essuie une nouvelle fois la lame avant de la ranger dans mon manteau. Vite. Je dois aller m'assurer que la victime va bien. Je vois à terre un mouchoir et le ramasse. Il empeste le chloroforme à plein nez... Je m'approche d'elle avant de reconnaître avec horreur la serveuse du pub...

- Sainte merde...

Les mots m'ont échappé. La serveuse est une témoin. Elle me connaît, elle m'a déjà rencontré plusieurs fois... Je suis en très mauvaise posture... Je ne peux pas la laisser là, elle risque de mourir si je ne fais rien pour elle... Mais si je l'aide, elle pourra me reconnaître... Elle semble souffrir. Vraiment... Je pose le mouchoir imbibé de chloroforme sur son nez et sa bouche. Elle ne résiste pas très longtemps et sombre dans le sommeil. A en juger par la plaie qu'elle a au flanc, je dois prendre une décision, et vite... Et me voilà en train de la porter dans mes bras pour la ramener chez moi. Je ne peux pas risquer de compromettre mon identité secrète, j'ai de quoi la soigner chez moi et le temps que je l'amène dans un hôpital, la blessure aura peut être eu raison d'elle... C'est contraire au Code. Je ne fais rien comme d'habitude, ce soir. Ce soir est plein d'imprévus. Je n'aime pas ça du tout. Je prends toutes les précautions pour ne laisser aucun indice derrière moi. Après tout, ce n'est pas mon mode opératoire, on pourrait ne pas remonter jusqu'au Ripper mais à un banal règlement de comptes entre deux pourris... Par chance, mon foyer n'est pas loin et je vais pouvoir m'occuper de la serveuse blessée inconsciente très vite...

Mon premier réflexe une fois chez moi est de rentrer dans la chambre d'Anne, de couvrir le lit et de déposer la blessée dessus. Je prends son pouls. A peu près normal, c'est déjà ça. Je lui retire lentement son corset et sa chemise tâchés de sang. La plaie n'est vraiment pas belle à voir... Je vais devoir recoudre ça très vite. J'attrape la malette de premiers secours dans l'armoire avant de mettre une compresse sur l'entaille écarlate. Bien. Ca devrait déjà l'empêcher de se vider de son sang pour quelques minutes, le temps que je la soigne... Je file mettre d'autres gants et prépare une bassine d'eau chaude. Voilà bien des années que je n'ai pas eu à soigner un coup de poignard. J'espère juste pour elle que je ne suis pas trop rouillé... Je retourne dans la chambre de la blessée lui enlève son pantalon qui commençait déjà à être tâché par le liquide pourpre. Beaucoup pourraient penser que je profite de la situation pour allonger une femme sur un lit et la deshabiller. Je ne comprends pas leur raisonnement. Vraiment pas... Je vais pouvoir faire mon opération...

- Courage, Jarod, tu l'as déjà fait... Tu peux le refaire...

Je nettoie la plaie abondamment avec une compresse propre alcoolisée. Heureuseument qu'elle est endormie, je peux imaginer la douleur qu'elle pourrait ressentir maintenant... Heureusement, la blessure n'est pas trop profonde. Je commence à suturer la plaie, tentant tout de même de garder mon sang froid, et finis par la couvrir et la bander proprement. J'ai sué. Beaucoup sué. Le stress d'échouer mon opération de fortune et d'engendrer la mort d'une innocente que j'étais censé sauver, certainement... Là, elle est plus ou moins tirée d'affaires. Je me lève et commence à ranger mon matériel. Chaque chose en son temps. Je mets à tremper ses vêtements maculés de sang et reste finalement à côté de la serveuse qui va probablement bientôt se réveiller, en sous vêtements dans le lit d'un inconnu avec ce même inconnu qui la veille. Je prépare un thé tiède et une bassine d'eau froide où j'y mets une serviette. Elle n'est pas à l'abri d'une montée de fièvre... Ce soir, je n'ai rien fait comme d'habitude. Vraiment rien... Mais la situation l'exigeait. Anne. Serais-tu contente de moi ou serais-tu en colère ? Mais je n'ai pas le temps de réfléchir plus sur la question que ma petite serveuse ouvre petit à petit les yeux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 33
Localisation : Au pub
avatar
Molly Malone
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Mar 5 Mai - 23:16


   

   Avec Jarod D. Anderson

   
   

   Ange Gardien?
   
Le retour à la conscience de Molly ne fut pas une expérience très agréable. Nauséeuse, désorientée, la jeune femme chercha à se redresser pour au moins essayer d'aller chercher un verre d'eau. Sauf que le mouvement fit naître une douleur cuisante au niveau de son flanc. Cela précipita son réveil et elle réalisa avec horreur deux choses simultanément. Non seulement elle n'était pas dans son lit, et ne savait pas à qui appartenait celui qu'elle occupait actuellement, mais en plus elle était quasiment nue. Ravalant sa nausée et serrant les dents, elle se redressa complètement, reculant pour se retrouvée acculée par la tête de lit, attirant les draps sur son torse dans un geste futile de défense.

Elle ne parvenait pas à se souvenir pourquoi elle était là, pourquoi elle était nue et, surtout, pourquoi elle avait autant mal. L'irlandaise sentait qu'il y avait un problème, immense et grave, qui n'attendait que de s'abattre sur elle comme une épée de Damoclès… Il suffit qu'elle pose les yeux sur Jarod pour que tout lui revienne avec la violence d'un uppercut en pleine mâchoire. Si elle était déjà assez pâle, elle le devint encore plus, ne se sentant vraiment pas en position de force face à cet inconnu… Car, franchement, elle ne savait plus vraiment face à qui elle était.

Lorsqu'elle s'était retrouvée acculée contre le mur de la ruelle, elle était certaine qu'elle n'allait pas s'en sortir. Elle comptait bien se défendre jusqu'au bout mais elle avait parfaitement pris conscience qu'elle était en position de faiblesse, blessée, au sol et désarmée. Elle ne s'était pas attendue à l'arrivée soudaine d'une tiers personne. Et encore moins son efficacité. En quelques instants, son agresseur était désarmé et mis hors d'état de nuire. Sauf que si elle ne s'était pas montrée tendre avec lui, elle ne s'était pas attendue à une exécution sommaire de la part de son sauveur. Dès que Jarod lui avait tranché la gorge, elle avait comprit qu'elle était devenue un témoin gênant, changeant juste de bourreau… Crier n'aurait servi à rien, elle avait justement choisi de l'attirer ici pour le voisinage, et elle ne parvint pas à se défendre avant qu'il ne lui applique le mouchoir imbibé de chloroforme sur le visage…

Maintenant elle était réveillée, ce qui constituait en soit une surprise. Lorsqu'elle s'était sentie glisser dans l'inconscience, elle s'était vraiment pas attendue à s'en relever. D'un autre coté, maintenant qu'elle avait quelques instants en plus pour réfléchir, il était assez illogique qu'il l'endorme pour la tuer, il suffisait simplement de lui trancher la gorge comme il l'avait fait avec l'inconnu… Tout comme il aurait pu juste attendre que l'autre l'achève alors qu'il lui semblait bien qu'il s'était tout de même jeté sur lui… Cette survie surprise ne l'empêchait pas de se montrer méfiante. Elle resta donc plaquée contre la tête de lit, ne quittant pas Jarod du regard, essayant de jauger à qui elle avait vraiment à faire…

Glissant l'une de ses mains sous les draps, elle tâta avec prudence son coté afin d'estimer les dégâts… Ses doigts rentrèrent en contact avec de la gaze, signifiant qu'on avait probablement bandé sa blessure. Sans compter le tiraillement caractéristique d'une suture, elle en avait subit suffisamment pour reconnaître la sensation sans peine. Enfin… Tout était relatif car elle aurait vendu sa mère pour une dose d'anti-douleur… Donc, non seulement Jarod ne l'avait pas achevée mais, en plus, il l'avait visiblement soignée. Ce qui sous-entendait une certaine expérience dans ce domaine. Compétences à ajouter à une connaissance du combat au corps à corps et le calme nécessaire pour égorger quelqu'un...


-Mais qui vous êtes…?

Qu'on l'aide, qu'on mette hors d'état de nuire son agresseur, ça, elle le concevait… Mais le tuer de sang froid pour ensuite la soigner sans pour autant l'emmener aux urgences ? Ce n'était pas un comportement normal, instinctif… C'était le genre de comportement qu'elle attendait de la part de ses anciens comparses irlandais. Elle ne comptait même plus le nombre de personnes qu'elle avait vu se faire rafistoler dans un coin de cuisine… C'était un réflexe de criminel… Or il lui semblait bien que les collègues de Jarod faisaient partie d'un cabinet d'avocats. Ou de quelque chose dans le genre… Quelque chose en rapport avec la loi. Or ce qui venait de se passer dans cette allée n'avait aucun rapport avec la loi. L'officielle…

Une pensée lui traversa brusquement l'esprit. C'était un mode opératoire qui ne lui était pas inconnu. Ce concept de justice expéditive, de meurtre au couteau… Les journaux n'arrêtaient pas d'en parler en ce moment. Un tueur en série que personne n'arrivait à attraper et qui se faisait appeler le Reaper. Cela pouvait aussi être un autre assassin, après tout elle était bien placée pour savoir qu'il ne fallait pas se fier aux apparences, mais sur le moment, c'était la première association d'idées qui se faisaient dans son esprit fatigué. Si son visage pouvait encore plus se drainer de son sang, il le fit alors qu'une forme de reconnaissance passait dans son regard et qu'elle essayait d'encore plus reculer…


-Non...

Ce n'avait été qu'un murmure, une exhalation teintée de doute alors qu'elle essayait d'associer ce qu'elle connaissait de ce client qu'elle appréciait et servait régulièrement avec ce qu'il venait de se passer… Et ce qu'elle soupçonnait fortement.
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 64
Date d'inscription : 22/04/2015
Localisation : Ripper Cave
avatar
Jarod D. Anderson
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Mer 6 Mai - 13:30


La jeune femme reprend conscience dans un lit qui lui est inconnu. Je m'attends à une réaction excessive de sa part dans la mesure où elle va se souvenir de tout dans la fraction de seconde qui suivra son réveil. Ca ne manque pas. Elle ouvre ses yeux bleu glacier soulignés de noir, écarquillés par la surprise et probablement la peur également. Elle ne me quitte pas des yeux et recule dans le lit, pour s'éloigner de moi le plus possible. En un sens, je la comprends. Je pense qu'à sa place, j'aurais eu la même réaction. Si j'avais été un être humain normal... Elle inspecte son corps, comme pour vérifier que je ne lui ai pas fait de saletés que n'importe quel autre homme aux pensées malsaines aurait songé à faire à une femme chloroformée, en sous vêtements et allongée sur un lit. C'est mal me connaître... Mais qui va lui en vouloir ? Personne ne me connaît. La dernière personne à me connaître est morte il y a près de cinq ans, maintenant... Cette personne... Que ferait-elle dans cette situation ? Mais voilà que je suis tiré de mes pensées par un simple murmure de mon invitée. Un simple "Non...". Elle semble avoir deviné mon identité nocturne qui fait le travail d'une justice bien trop lente à mon goût... Je lève doucement la main vers elle, paume en avant, en signe de paix et lui parle d'une voix douce et calme.

- Calmez-vous, mademoiselle. Je ne vous veux aucun mal... Si j'avais voulu vous en faire, vous ne vous seriez pas réveillée. Calmez-vous, personne ne vous fera de mal ici, vous êtes en sécurité...

Elle oui. Mais moi ? Je suis en danger en sa présence. Si je la laisse partir, elle pourrait me dénoncer... Je ne peux pas la tuer. Le Code m'en empêche. Calme toi, Jarod. Calme toi aussi... Je baisse la main doucement, ne faisant aucun geste brusque de plus. Elle a déjà été assez violentée ce soir. Je prends la tasse de thé de la table de chevet et lui tends.

- Earl Grey tiède avec un sucre. Sans danger, vous avez ma parole...

Je bois une gorgée pour lui prouver avant de la tendre vers elle. Elle semble se calmer un peu. Je dois l'aider à rester dans cet état et je ne vois pas une meilleure solution que de lui parler d'une voix calme, comme un chuchotement, lui expliquant la situation.

- Je vous prie de m'excuser de vous avoir endormie et de vous avoir amenée ici... Je voulais vous éviter une trop grande souffrance et si je vous avais amenée dans un hôpital, vous n'auriez peut-être pas survécu... Nous étions trop loin et les secours seraient arrivés trop tard. Quant à votre assaillant... Je pense que vous avez deviné la suite...

Je dois rester calme. Garder mon sang froid... Elle a à peine ouvert la bouche et je reste pendu à ses lèvres en attendant une réaction de sa part. Ce que j'espère ne peut finalement qu'être mauvais. Dans tous les cas, elle sera là, vivante et un danger mortel pour moi. Je me lève de ma chaise et lui cherche une autre couverture avant de la poser sur le lit.

- Evitez de bouger. Vous risquez de vous faire mal... Je peux aller vous chercher quelque chose pour la douleur, si vous voulez...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 33
Localisation : Au pub
avatar
Molly Malone
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Jeu 7 Mai - 16:15


   

   Avec Jarod D. Anderson

   
   

   Ange Gardien?
   
En temps normal, Molly aurait déjà agit. Et autrement qu'en se pressant contre une tête de lit à regarder son kidnappeur avec des yeux ronds… Mais elle subissait encore les effets secondaires d'une anesthésie sauvage et improvisée, sans compter le résultat de son accrochage avec le mort qui se balançait entre bleus, bosses et un coup de couteau. Un rapide coup d'oeil à la pièce lui avait aussi appris qu'elle était complètement coincée. La porte était fermée et la fenêtre n'était pas non plus une option. La lampe de chevet n'était pas une arme adaptée, elle allait probablement faire sauter ses points en cherchant à la soulever… Si le verre avait été une bouteille, elle aurait pu chercher à se défendre avec mais ce n'était pas le cas, hormis si Jarod était allergique à l'eau… Bref, pour l'instant elle était acculée, fatiguée, douloureuse et nauséeuse. Ce ne serait donc pas grâce à son physique qu'elle parviendrait à s'enfuir.

Changement de stratégie donc… Si elle ne pouvait pas s'en par la vitesse ou la force brute, elle devait trouver un autre moyen. Peut-être en ce faisant passer pour plus inoffensive qu'elle ne l'était vraiment ? Elle ne savait pas trop ce que valait cette idée, ni encore moins comment la mettre en pratique, mais elle préférait encore chercher des solutions, même bancales, plutôt que de paniquer bêtement. L'irlandaise n'était pas comme ça, elle se refusait à être une simple demoiselle en détresse. C'était un rôle qu'elle abhorrait et un stéréotype depuis trop longtemps ancré dans la psyché humaine…

Les paroles de Jarod furent accueillies avec une pointe de scepticisme mais Molly ne chercha pas à vocaliser ses doutes. Elle se contenta de rester où elle était, sa prise sur les draps se raffermissant juste un peu plus. Le fait d'être quasiment nue et dans une position presque allongée ne faisait que la rendre plus vulnérable encore… La serveuse était certaine qu'elle se sentirait moins prise au piège si elle avait au moins un pantalon sur elle. La jeune femme l'observa boire le thé avant d'accepter la tasse, prenant garde de rester soigneusement enveloppée dans le draps. Elle regarda la tasse avec la même prudence qu'une mangouste un cobra. Son kidnappeur, sauveur ?, venait peut-être de lui prouver que le breuvage n'était pas empoisonné mais cela ne voulait pas forcément dire qu'elle allait le boire.

Elle redressa la tête pour regarder Jarod avant de délibérément poser lentement la tasse sur la table de chevet qui se trouvait à coté d'elle. Accepter de boire était un geste symbolique à ses yeux… Cela voulait dire qu'elle lui faisait confiance aveuglément et qu'elle était prête à l'écouter et, surtout, à lui obéir. Et elle n'en était pas encore là… Certes elle lui était reconnaissante de l'avoir soignée. Et de l'avoir sauvée surtout… Mais il y avait encore des points d'ombre à éclaircir, des éléments qui pesaient lourdement entre eux et qui pouvaient tout aussi bien signifier son arrêt de mort. Du moins était-ce ainsi qu'elle voyait la chose, comme on le lui avait appris…


-Je suppose aussi qu'ils auraient posé un peu trop de questions à l'hôpital… Non?

Le ton était sec et, malgré son état général peu brillant, sa voix claqua dans la chambre. Visiblement, elle restait sceptique sur les raisons de sa présence dans la maison de Jarod… La jeune femme ferma les yeux, se mordant la lèvre inférieure, se fustigeant mentalement. Ce n'était pas comme ça qu'elle allait réussir à s'en tirer. Elle prit de grandes inspirations par le nez, comptant jusqu'à dix silencieusement… Une fois qu'elle sentit qu'elle avait à nouveau le contrôle de ses émotions, elle rouvrit les yeux.

-Ouais, non… Je vais la refaire… Merci de m'avoir aidée ce soir. Je connaissais pas du tout ce mec…

La question est explicite et Molly n'a pas vraiment envie de la poser à voix haute… On ne sait jamais… Cela pourrait mener à des révélations qu'elle n'était pas sensée connaître. Et comme il y avait de grandes chances pour qu'elle en sache déjà trop, elle préférait largement paraître ignorante encore un peu… Paraître seulement. Car il serait rassurant pour elle de découvrir qu'elle n'était qu'une victime aléatoire plutôt que la cible d'un contrat. Et pour ça, elle devait en apprendre plus sur le corps, désormais froid, qui attendait d'être découvert au petit matin…

-Je… Merci mais non merci pour les cachets….

Pour le cas, la jeune femme avait essayé de garder sa voix calme et neutre. Etant donnée sa situation, elle préférait garder les idées claires et elle n'était vraiment pas sûre qu'elle y parviendrait si elle commençait à sucer des anti-douleurs… Pour autant elle ne voulait pas vexer son hôte, ne connaissant pas encore ses réactions…
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 64
Date d'inscription : 22/04/2015
Localisation : Ripper Cave
avatar
Jarod D. Anderson
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Mar 12 Mai - 11:57


La jeune femme pose la tasse sur la table de chevet avant de relever une donnée importante. Les gens de l'hôpital m'auraient en effet posé des questions auxquelles je n'aurais pas pu répondre honnêtement, en plus de risquer d'avoir la mort de cette femme sur la conscience. Je hoche doucement la tête. Après tout, pourquoi lui cacher ça ? Elle connaît déjà mon passe temps morbide quand la lune est levée, lui mentir ne servirait strictement à rien... Elle semble réfléchir, les yeux fermés et au bout d'un instant, elle poursuit. Avec des remerciements, plus appropriés à la situation. Je ne parviens pas à esquisser un sourire tellement je suis inquiêt pour la suite... Je tente de garder ma voix monocorde et calme quand je lui réponds.

- J'ai fait ce que n'importe qui aurait fait à ma place, mademoiselle. Certes, dans d'autres proportions, je vous le concède... Mais c'est mon activité qui veut cela. L'homme qui vous a agressée se nomme -ou plutôt se nommait- Tom Colson. Suspecté d'être impliqué dans le trafic d'humains pour la prostitution... Je rassemblais des indices de sa culpabilité quand il vous a agressée. Je ne comptais pas le tuer ce soir, mais les choses en ont décidé autrement...

Dans d'autres circonstances, c'aurait pu être une plaisanterie douteuse particulièrement amusante. Mais dite avec la voix la plus inexpressive au monde, on pourrait y voir plutôt la mauvaise boutade d'un psychopathe s'apprêtant à tuer sauvagement sa victime. Elle refuse poliment les anti-douleur et je hoche la tête. Elle a certainement besoin de se reposer... Je me lève lentement de ma chaise et la range devant le bureau.

- Très bien. Je pense que vous allez avoir besoin de vous reposer alors je vais vous laisser dormir... Je vais vous chercher une couverture en plus si vous avez froid pendant la nuit. Et au besoin, je vous mettrai une plaquette d'anti-douleur sur la table de chevet si vous changez d'avis...

Je quitte la pièce quelques instants, le temps de chercher ce que je lui ai promis, perdu dans mes pensées. Je ne peux pas la laisser partir. Pas dans son état actuel, du moins. Et je dois éviter de lui laisser un moyen de communiquer avec l'extérieur tant qu'elle est ici. Heureusement, j'ai pensé à prendre son sac quand j'ai mis à tremper ses vêtements tâchés de sang... Je dois être prudent. Ne prendre aucun risque. Mais pendant combien de temps je vais devoir la séquestrer avant de prendre une décision..? Je retourne dans la chambre avec les cachets et la couverture et les dépose respectivement sur la table de chevet à côté de la tasse de thé tiède et sur le lit près de l'oreiller. Je prends finalement la parole d'une voix douce.

- Je ne ferme pas la porte de la chambre, n'hésitez pas à m'appeler si vous n'allez pas bien... Je ne dors que très peu et j'ai le sommeil très léger, je vous entendrai... Faites attention à votre blessure, évitez de trop bouger... Et... Essayez de bien dormir. Je... Vous avez ma parole que je ne viendrai pas vous tuer pendant la nuit...

Après cette parole qui aurait pu facilement passer pour une boutade, je finis par me retirer, en silence au bout de quelques instants. Cette nuit, peut être qu'elle dormira. Mais moi pas. Pas tant que je n'aurai pas trouvé une solution à ce problème très épineux... J'allume mon ordinateur et regarde diverses choses du sac de mon invitée forcée. Du maquillage, une flasque probablement remplie d'alcool, une lampe torche, de quoi prendre des notes, un téléphone et enfin une petite trousse noire que j'ouvre précautionneusement. Je palis en voyant son contenu... De longs instruments fins et argentés, pour des mains habiles... Un kit de crochetage. Sainte merde... Je suis inquiet pour la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 33
Localisation : Au pub
avatar
Molly Malone
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Ven 22 Mai - 19:39


   

   Avec Jarod D. Anderson

   
   

   Ange Gardien?
   
D'autres proportions ? Oui, on pouvait dire ça... Juste des proportions un peu extrêmes. Heureusement que tout le monde ne faisait pas comme lui d'ailleurs, même si on pouvait supposer que ses actions tendaient à rendre les rues de Londres un peu plus sûres. Juste au prix du sang et de la mort. Sans compter que jouer au juge et au bourreau était toujours très dangereux. Elle espérait vraiment pour lui qu'il n'avait aucune tache à son tableau de chasse... D'ailleurs elle se demandait comment il faisait pour sélectionner ses victimes, toutes n'avaient pas forcément eu droit à un procès public et couvert par les journaux.

L'irlandaise s'offrit quelques instants de réflexion... Elle avait pensé qu'il s'agissait en fait de quelqu'un envoyé par son ancien milieu mais le nom de Colson ne lui disait absolument rien. Aussi surprenant que cela puisse être, alors qu'elle s'attendait à être simplement rattrapée par son passé, elle avait juste été au mauvais endroit au mauvais moment. Une simple victime prise au hasard. La jeune femme avait un peu de mal à déterminer si c'était une bonne ou une mauvaise nouvelle...  Elle aurait probablement préféré que ce soit quelqu'un de son passé, juste pour ne pas perdre un peu plus foi en l'humanité...

Elle ne put s'empêcher d'avoir un frisson en pensant à ce à quoi elle avait réchappé finalement. Maintenant qu'elle savait de quoi était accusé, coupable visiblement, son agresseur, elle comprenait pourquoi il avait cherché à l'endormir. Avec le chloroforme il aurait pu disposer d'elle sans souci sans pour autant abîmer la « marchandise »... Elle n'avait peut-être rien de l'innocente brebis blanche mais, au moins, elle savait qu'elle n'avait jamais trempé dans ce genre de trafic... Si elle était méfiante par rapport à Jarod, sa gratitude venait tout de même d'augmenter.


-Et bien je n'en suis que d'autant plus contente que vous soyez intervenu...

Mentionner sa fatigue suffit à la lui rappeler et son flanc se mit à la lancer avec persistance. Sa main s'y porta par réflexe alors qu'elle faisait tout pour ne rien montrer. Si elle évita de grimacer, cela ne l'empêcha pas de pâlir encore un peu... Qu'elle le veuille ou non elle allait devoir reprendre une position couchée d'ici peu, se mettant encore un peu plus à la merci de son sauveur... Même si pour l'instant il s'était principalement montré courtois envers elle...

Elle profita de sa courte absence pour un peu mieux observer son environnement... Une chambre relativement neutre mais confortable. Mais pas trace de ses affaires. Ce qui était gênant si elle cherchait à prendre la fuite. Elle préféra ne pas trop s'attarder sur l'idée qu'il l'avait visiblement déshabillée, il semblait bel et bien s'être contenté de traiter sa blessure, chose qui aurait été impossible dans sa tenue. Ce qui la gênait particulièrement était l'absence flagrante de son sac. Donc de son téléphone. Ou de ses outils... Ils auraient pu se révéler très utiles en cas de fuite mais si elle avait été dans la situation de Jarod, elle aussi aurait pris cette précaution de base.

Molly salua son retour, les cachets et la couverture d'un simple hochement de tête en guise de remerciements... Elle haussa un sourcil à l'idée qu'il n'allait pas verrouiller la porte mais comprit rapidement la menace sous-jacente quand il l'informa de son « sommeil léger ». Il lui donnait peut-être une fausse impression de liberté, partielle, mais elle ne se faisait pas d'illusions. Si jamais elle sortait de sa chambre pour se promener un peu trop dans l'appartement, il serait immédiatement sur ses talons...

Comme si cela allait l'empêcher d'agir à sa guise... Elle n'allait certainement pas rester impassive et impuissante. Blessée ou pas. Psychopathe ou pas... Cela allait juste lui demander plus de dextérité que d'habitude. Se montrer plus délicate dans ses mouvements pour ne pas faire sauter ses points, ni se faire remarquer. Cela lui permettrait aussi de voir jusqu'à quel point il était attentif et avec un peu de chance, où elle était actuellement. Elle pourrait peut-être aussi trouver quelque chose pour se défendre, juste au cas où, pour sa tranquillité d'esprit...

Décision prise, la jeune femme finit quand même par s'allonger pour prendre un peu de repos. Toute volontaire fut-elle, elle ne parvint pas à résister très longtemps à l'épuisement et elle ne tarda pas à sombrer dans un sommeil lourd et sans rêve... Elle s'en réveilla dans un sursaut, mettant de douloureuses secondes à se souvenir de ce qu'il s'était passé la veille. Difficile de dire combien de temps elle avait ainsi dormi mais l'irlandaise n'avait pas envie de trop traîner et préféra donc prendre sa chance au vol...

Sans allumer sa lumière, la jeune femme se leva aussi délicatement que possible, prenant soin de faire le moins de bruits permis. Faute de trouver des vêtements adéquats, elle s'enroula dans la couverture, qui pourrait se révéler une protection en cas de besoin... Puis, sur la pointe des pieds, retenant son souffle et un sifflement de douleur, elle entreprit de sortir de sa chambre pour découvrir son nouvel environnement...

   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 64
Date d'inscription : 22/04/2015
Localisation : Ripper Cave
avatar
Jarod D. Anderson
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Sam 6 Juin - 14:57


La nuit est longue. J'ai besoin de réfléchir sur ce que je vais faire de la témoin qui est en train de dormir dans la chambre de ma tante. Je me sers un thé chaud. Ce kit de crochetage ne me rassure pas. Qui d'autre que quelqu'un trempant dans une branche du crime pourrait avoir un tel attirail, qui plus est d'excellente qualité ? La garder ici est risqué, mais je ne peux pas la tuer. Je ne peux pas non plus la relâcher sans être certain qu'elle ne me dénoncera pas... Je bois une gorgée de thé qui me réchauffe avant de tiquer sur sa carte d'identité. Je fronce les sourcils. La facture est impeccable, la photo et l'encre également, mais quelque chose me chiffonne. Son nom. Molly Malone... La jeune femme a en effet un accent irlandais assez prononcé, mais son nom sonne à mon oreille comme un pseudonyme. Je me rappelle d'une chanson que ma tante m'avait fait écouter quand j'étais plus jeune, parlant d'une vendeuse d'huîtres, de moules et autres fruits de mer...

- "Crying cockles and mussels, alive, alive-O"...

Je me rends compte que j'ai fredonné l'hymne dublinois, comme si je l'avais toujours entendu... Je me secoue, je ne me sens plus moi même. Le stress ne m'a jamais autant pris pour que je me mette à fredonner dans une situation pareille. Je dois me calmer... Mon invitée est irlandaise, utilise le pseudonyme d'une chanson Dublinoise qui est un pied de nez à la Couronne d'Angleterre et elle possède tout un excellent attirail de crochetage... Elle peut être dangereuse autant pour le pays que pour moi. Je plonge dans une profonde réflexion. Je ferme les yeux quelques instants. Tout est noir... "Crying cockles and mussels, alive, alive-O !"... Hymne Dublinois... Molly Malone. Aucun doute à ce propos. Soit ses parents ont voulu faire un hommage patriotique, soit elle a pris un pseudonyme. Je penche sur la seconde hypothèse. Elle serait donc arrivée clandestinement à Londres avec des faux papiers et aurait emporté avec elle de quoi se débrouiller dans les bas fonds de la capitale anglaise. Je vais devoir ouvrir l'oeil pour anticiper ses actions pendant la nuit ou quand le matin va pointer le bout de son nez. Je m'installe sur mon fauteuil en cuir près du canapé pour que je puisse avoir la porte de la chambre de ma tante dans mon champ de vision. Elle est en sous vêtements sans ses affaires. Elle va forcément passer par le salon si elle décide de me fausser compagnie. Quelle voleuse abandonnerait ses précieux outils de travail, après tout..?

Le temps s'écoule lentement, mais bientôt, le matin arrive. Mes yeux sont resté ouverts. Je mets les vêtements de la jeune femme qui étaient maculés à sécher et prépare diverses choses pour qu'elle puisse manger ce matin. Je lui prépare un thé, du bacon frit, des oeufs au plat et des toasts de marmelade. Je l'entends faire du bruit dans le lit. Mon ouïe ne me trompe jamais. Elle pose le pied sur la moquette et marche lentement. Sur la pointe des pieds, je dirais... Je pose les diverses douceurs sur la table quand je la vois passer la tête dans le couloir. Elle s'approche timidement à en juger par sa démarche. J'ai bien pris mes précautions, j'ai les preuves contre elle sur moi... Je l'interpelle d'une voix douce et calme.

- Bonjour, mademoiselle. Vous avez réussi à bien dormir, j'espère ? Je vous ai préparé un petit déjeuner, mangez à votre faim.

N'importe qui aurait pu trouver mes paroles dignes d'un hôte de B and B et non d'un geôlier, ce que j'étais vraiment d'un point de vue technique dans cette situation. Il sera toujours temps de l'interroger plus tard. Après tout, pour l'instant, même si tout l'accuse de tremper dans le crime, rien n'en définit la nature exacte. Innocente tant que je n'ai pas prouvé sa culpabilité... Elle s'approche de son repas préparé pour elle alors que je suis à l'autre bout de la table.

- Vos vêtements ont trempé pendant la nuit pour enlever les taches de sang. Ils sont en train de sécher, ne vous en faites pas.

Je ne veux pas brusquer cette jeune femme. Je préfère y aller en douceur pour mieux la cerner. Si j'ai réussi à me calmer, il n'en est peut être rien de son côté. Je resterais aussi sur mes gardes à sa place, je ne peux pas vraiment lui en vouloir... J'attends ses réactions avant de rentrer dans le vif du sujet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 33
Localisation : Au pub
avatar
Molly Malone
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Lun 8 Juin - 19:15


   

   Avec Jarod D. Anderson

   
   

   Ange Gardien?
   
Ce n'était certainement pas la première fois qu'elle devait évoluer dans une maison plongée dans le noir sans se faire remarquer. Ce n'était pas non plus la première fois que se faire repérer pouvait signifier un très mauvais moment à passer pour elle... Par contre le faire quasiment nue était bel et bien une première et elle espérait bien que ce serait une occurrence unique. Jamais elle ne s'était sentie aussi vulnérable. A raison d'ailleurs. Ce n'était certainement pas la couverture qui lui servait de cape, ou de toge, qui allait la protéger de quoi se soit si Jarod décidait finalement de lui faire passer l'arme à gauche.

Malheureusement elle n'eut ni l'occasion de fouiller les lieux à la recherche de ses affaires ou d'une tenue plus adéquate, ni d'atteindre la porte, avant que le tueur en série ne fasse connaître sa présence, la prenant quasiment sur le fait. Molly parvint tout juste à ne pas sursauter, jurant intérieurement sur son manque de « professionalisme » et l'erreur de débutante qu'elle venait de faire. Elle ne l'avait tout simplement pas vu... Et même si elle était blessée, fatiguée et stressée, c'était le genre d'erreur qu'elle n'appréciait pas de faire. L'irlandaise était vraiment rouillée... Au moins n'était-elle pas en train de retourner le salon même si elle se doutait fortement qu'il savait ce qu'elle s’apprêtait à faire. Cela ne l'empêcha pas d'afficher une attitude presque naturellement innocente lorsqu'elle fit volte-face pour offrir un sourire à son hôte. S'il persistait à agir de façon civilisée, il n'y avait aucune raison qu'elle n'en fasse pas de même après tout...


-Désolée... Je ne pensais pas que vous seriez déjà levé.

N'ayant pas vraiment d'autres choix valides, elle ne se voyait définitivement pas se jeter sur lui pour l'incapaciter, la jeune femme se résolut à accepter l'invitation de Jarod et entreprit donc de le rejoindre au niveau de la table... Naviguer dans une pièce que l'on ne connaissait pas lorsque l'on cherchait à faire une personnification de burritos à base de duvet n'avait rien de particulièrement facile mais la jeune femme parvint à s'en sortir sans provoquer de catastrophe. Elle n'était pas certaine que briser vases et lampes l'aurait beaucoup aidée dans sa situation... Et elle eut aussi l'occasion de mieux observer les lieux, repérant portes et fenêtres.

Molly considéra la chaise quelques instants, se demandant comment s'y prendre avec sa couverture avant de tout simplement se laisser tomber dessus. Seule une légère grimace trahit qu'elle venait de douloureusement tirailler sa blessure. Têtue, elle ne comptait pas laisser voir une quelconque faiblesse... Toujours emmitouflée, elle considéra les victuailles déployées sur la table sans pour autant y toucher. Les récents événements lui avaient coupé l'appétit et elle n'avait pas trop envie de quitter la protection, même si elle n'était que psychologique, de la couverture...


-C'est gentil, vous n'étiez pas obligé...

Son regard n'était pas seulement méfiant mais aussi partiellement dubitatif... Venant d'un milieu assez dur, l'irlandaise avait parfaitement conscience de ce que l'on faisait aux témoins gênants. Généralement cela n'incluait pas des soins, un petit déjeuner complet et un service de blanchisserie. Le fait qu'elle soit encore en vie était exceptionnel en soit mais le comportement de Jarod depuis qu'elle s'était réveillée lui était complètement incompréhensible. Molly avait bien compris qu'il semblait agir selon un code de conduite qui lui était propre, une version savamment distordue d'un sens moral et de la justice, mais cela restait trop étrange pour elle.

-N'allez pas croire que je vous suis pas reconnaissante et tout hein... Mais, franchement... Pourquoi vous agissez comme si j'étais votre invitée ? Ou votre pote... ? Même si je m'en plains pas hein ! Je préfère encore ça à une chaîne avec une gamelle au fond de votre cave...

Elle jouait avec le bord de sa couverture, se donnant un faux air d'innocence et de malaise... Si la serveuse n'était pas forcément très à l'aise avec la situation, elle était loin d'être aussi soumise et sans défense que ce qu'elle cherchait à communiquer via son langage corporel.

-Vous comprenez que c'est assez déstabilisant pour moi... C'est pas trop comme ça qu'on décrit les gens comme vous d'habitude. Enfin... D'un autre coté vous êtes anglais, non ? C'est peut-être pour ça que vous êtes plus civilisé ?

Elle offrit un sourire en coin fugace pour ponctuer son trait d'humour avant de mieux observer les réactions de Jarod. Elle avait un peu l'impression de tenir le rôle de la souris alors qu'il représentait un félin particulièrement coriace... Et elle n'aimait pas vraiment cette sensation d'épée de Damoclès au-dessus de sa tête. Pour l'instant il avait toutes les cartes en main et dévoilait bien trop peu de son jeu pour qu'elle sache quelles étaient ses véritables chances de survie. Si elle parvenait à en apprendre un peu plus sur lui, elle serait déjà à même de calquer son comportement en conséquence...

-Donc... Qu'attendez-vous de moi au juste... ?
   
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 64
Date d'inscription : 22/04/2015
Localisation : Ripper Cave
avatar
Jarod D. Anderson
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Dim 28 Juin - 18:32


Les mains jointes, je plante mon regard dans le sien alors qu'elle s'installe à la table. Elle est surprise, elle est contrainte à s'asseoir, je dois me préparer à n'importe quelle réaction de sa part. Un animal traqué est un animal imprévisible. S'il est blessé, il en devient dangereux. Et malgré le fait qu'elle se soit enveloppée dans sa couverture, ne faisant que restreindre d'avantage sa liberté de mouvements, je m'en méfie. Je vois qu'elle a un léger rictus, ce qui trahit une certaine douleur. J'en déduis qu'elle doit sentir un tiraillement de sa blessure faite la veille et recousue par mes soins. Elle a un petit sourire en coin, me semblant trop rapide pour être honnête. Je reste silencieux. J'analyse ses paroles, ses regards, ses gestes... Elle est reconnaissante et son incompréhension par rapport à mes réactions est plus que légitime. D'ailleurs, elle arrive presque à m'arracher un sourire alors qu'elle fait une référence à n'importe quel film dans lequel la personne piégée est dans une cave... Mais mon visage reste blanc, les mains toujours jointes sur la table. Je ne porte pas d'arme sur moi. Aucune utilité. Elle est courageuse, je le lis dans ses yeux. Mais elle est intelligente. Elle sait qu'elle est dans une position de faiblesse et pour l'instant, la seule chose qu'elle peut faire, c'est jouer à mon jeu... Je finis par prendre la parole quand elle me demande ce que j'attends d'elle. Mes paroles sont calmes et n'ont aucune froideur dans leur ton.

- Je comprends votre incompréhension. J'aurais en effet pu vous enfermer dans ma cave, mais j'ignore quoi faire de vous. Très honnêtement. Je ne vais pas vous tuer, soyez-en certaine, vous avez ma parole. D'un autre côté, je ne peux pas vous libérer... Si je le fais, rien ne m'assure que vous n'irez pas à Scotland Yard. Même si j'ai des doutes sur le fait qu'ils écoutent une femme au fort accent irlandais et dont les papiers sont faux. Votre carte d'identité est d'une facture impeccable, mais le nom de Molly Malone ne trompe personne avec une certaine culture... Vous êtes la suspecte parfaite contrairement à moi, mais je préfère éviter de prendre des risques et ne pas vous laisser partir.

Ma voix est restée calme et douce. Je marque une pause le temps d'analyser ses réactions. J'ai conscience que ce que je viens de lui dire ne lui plaît probablement pas, mais je n'ai pas vraiment le choix. Je suis devant une situation inédite. En sept années de crimes du Ripper, je ne me suis jamais retrouvé à séquestrer une voleuse irlandaise chez moi. Je la sais dangereuse, maintenant que j'ai vu son kit de crochetage qu'elle ne gardait certainement pas pour un ami. Je poursuis finalement, en sortant de ma poche son téléphone et en le posant sur la table devant moi.

- ...A moins bien sûr que je puisse compter sur votre silence quant à ce qu'il s'est passé la nuit dernière. Ce qui serait la chose la plus intelligente à faire, autant de votre côté que du mien. Gardez mon secret et je garderai le votre. C'est ce que j'attends de vous. Prouvez-moi que vous le ferez et je peux vous promettre que vous pourrez retrouver votre liberté, et vivante. En attendant, vous resterez ici. Je ne voudrais pas que vôtre blessure s'aggrave... Rassurez-vous, cependant. Vous êtes davantage une invitée qu'une prisonnière, je tiens à ce que vous le sachiez.

Je pose deux doigts sur le téléphone et l'avance lentement vers la jeune femme. Mes règles sont claires, le contrat me semble honnête pour les deux parties impliquées et je pense ne pas être un mauvais hôte. J'ignore si elle cautionnera le fait de rester chez moi le temps qu'elle puisse me prouver sa loyauté et son silence, mais je ne lui laisse que très peu de possibilités. Je lève les doigts de son appareil et la regarde dans les yeux. Et c'est alors que je prends un risque qui me semble nécessaire.

- Je vous rends votre téléphone, en gage de bonne foi. Mangez pendant votre réflexion, je peux imaginer que vous avez besoin de réfléchir à mon offre. Je n'attends pas une réponse immédiate, soyez en certaine...

Mes yeux se détournent d'elle, lui laissant alors quelques cartes à jouer. Je prends un gros risque, mais c'est la seule solution que j'ai pu trouver et la moins périlleuse pour moi. Le contrat que je lui propose reste le meilleur compromis...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 33
Localisation : Au pub
avatar
Molly Malone
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Lun 29 Juin - 22:10


  

   Avec Jarod D. Anderson

   
 

  Ange gardien?
 
Molly n'était pas vraiment à l'aise dans cette situation mais elle parvenait à donner le change, malgré le stress et la douleur. Elle n'hésitait pas à puiser dans ses expériences précédentes et savait donc qu'elle ne devait pas laisser voir quoi que ce soit... Si elle montrait le moindre doute, la moindre faiblesse, le statu quo actuel risquait de basculer dramatiquement... L'avantage passerait alors à Jarod et elle n'était pas certaine de vouloir savoir ce qu'il se passerait s'il avait vraiment toutes les cartes en main... Et puis le Ripper n'était pas n'importe quel criminel. Même si elle avait l'habitude de ce milieu, la faune qu'elle avait côtoyé était certainement plus colorée, moins éduquée et évoluée que Jarod. Il y avait certes un code de conduite chez les mafieux mais il était loin d'être suivi à la lettre.

En un sens elle comprenait que le tueur soit face à un dilemme. Si son code moral était aussi important et solide pour lui, l'irlandaise représentait une grain de sable considérable dans ses rouages. Témoin gênant et victime à sauver. D'un autre coté elle appréciait qu'il ne cherche pas à l'endoctriner d'une quelconque manière. Il semblait parfaitement assumer ses pulsions meurtrières dirigées vers les criminels et n'essayait donc pas de se justifier auprès d'elle au point de lui faire adopter son point de vue. La serveuse l'aurait probablement mal pris... La jeune femme finit par sortir l'un de ses bras, jouant avec la tasse qu'elle avait face à elle pendant qu'elle écoutait attentivement son hôte...

Il lui fallut tout son sang froid pour ne rien montrer quand il parla de ses papiers, bien évidemment faux. Elle assumait d'ailleurs pleinement la chose en ayant choisi le pseudonyme de Molly Malone en connaissance de cause. C'était sa forme personnelle d'un pied de nez destiné à NSY... Les papiers et les dossiers derrières étaient suffisamment bons pour qu'elle n'ait pas de soucis immédiats mais elle savait pertinemment qu'ils ne résisteraient pas à une inspection plus poussée de la police. De toute façon ce n'était pas comme si elle avait prévu de les voir d'ici peu, encore moins de travailler avec eux... Elle avait beau s'être rangée, elle estimait que la police était trop pourrie pour qu'elle joue franc jeu avec elle... Et c'était sans compter les preuves abandonnées sur place, comme le sang qu'elle avait perdu entre autre. Jarod avait tout à fait raison, elle était la coupable idéale...


-Parce qu'on a pas le droit d'avoir des parents facétieux ? J'ai entendu parler d'un certain détective qui n'était pas beaucoup mieux loti que moi...

Molly haussa un sourcil pour accompagner sa réponse sarcastique. Puisqu'il était temps de jouer cartes sur table, on se faisait rarement faire de faux papiers lorsque l'on avait la conscience tranquille, la jeune femme décida qu'il était peut-être préférable de laisser tomber sa petite comédie de jeune fille vulnérable. Cela se sentit immédiatement dans son langage corporel car elle se tint un peu plus droite, n'hésita plus à le regarder dans les yeux et leva légèrement le menton en signe de défiance. Cela revenait un peu à un chat défiant un lion mais elle ne comptait pas non plus se laisser intimider.

-Donnant donnant quoi... Assorti d'une période de probation si j'ai bien compris ? Et combien de temps ça va durer avant que vous ayez pris votre décision ?

Le regard de la serveuse s'était immédiatement posé sur son téléphone dès l'instant où il l'avait déposé sur la table... Et elle n'en décrochait plus, pas même pour lui parler. C'était un beau cadeau empoisonné... Il était en train de secouer sous son nez une possible porte de sortie... Rien ne disait qu'elle n'allait pas appeler la police dès qu'elle allait mettre la main dessus. Lui rendre l'appareil était soit une grande preuve de confiance soit une épreuve en soit. Dieu seul savait ce qui l'attendait si elle appelait à l'aide, que cette aide soit officielle ou non d'ailleurs... L'action la plus sensée et la plus prudente était donc de prendre son mal en patience et de ne pas utiliser le téléphone pour signaler un meurtre et un enlèvement... Même si c'était particulièrement tentant.

L'irlandaise n'osa même pas toucher l'appareil lorsque le tueur le laissa sur la table, lui offrant le temps de la réflexion. Le petit-déjeuner présenté était peut-être appétissant mais elle n'avait décidément plus la tête à ça... Difficile de dire combien de temps elle resta ainsi, immobile, à fixer son portable avec un regard absent. Elle essayait d'évaluer toutes les possibilités qui s'offraient à elle, quelles étaient les conséquences de chaque choix, quelles étaient ses chances. Quelle était la meilleure décision à prendre... Elle se devait d'être réaliste, elle n'avait pas tant de possibilités que ça. Molly avait fui l'Irlande pour quitter un certain milieu, parce qu'elle n'avait pas envie de continuer sa carrière criminelle. Et finalement, si elle ne voulait pas avoir plus d'ennuis qu'elle ne pouvait en gérer, elle allait devoir s'associer à un tueur en série. Pourtant, elle y avait cru en cette nouvelle vie...

Soufflant par le nez, la jeune femme s'empara brusquement du portable, son geste vif remuant à nouveau sa blessure bien qu'elle n'en laissa rien voir. Elle l'alluma rapidement avant de sélectionner un contact et de le porter à son oreille. Elle leva un doigt impérieux à l'intention de Jarod afin de lui intimer le silence. Ce n'était vraiment pas le moment d'intervenir, que ce soit physiquement ou verbalement. Quelques secondes s'écoulèrent en silence avant que la serveuse ne prenne une grande inspiration...


-Ouais, salut, c'est Molly... Justement... Nan , je pourrai pas venir ce soir... Hum hum... Yep, tu me connais... Dans le genre ouais... Tu peux faire passer le message ?... Nan, je sais pas combien de temps ça va me prendre... Dis lui une ou deux semaines minimum... C'est gentil... Ouais... Ouais... Nan, ça ira, t'inquiète... Ca roule... Embrasse tout le monde... Yep, ciao !

La jeune femme raccrocha avant de reposer le téléphone sur la table et de le glisser vers Jarod, des fois qu'il veuille noter le numéro qu'elle venait de contacter. Il pourrait reconnaître celui du pub où elle travaillait habituellement, quand elle ne manquait pas de se faire tuer ou qu'elle ne se faisait pas enlever par des serial-killers... Ses traits étaient durs mais elle parvenait à ne pas être agressive. De toute façon, étant données les cernes gratifiant ses yeux, elle n'était pas en état de l'être...

-Ca risquait d'être un peu suspect si je me montrais pas au boulot alors qu'il y a eu un meurtre dans le quartier...
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 64
Date d'inscription : 22/04/2015
Localisation : Ripper Cave
avatar
Jarod D. Anderson
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Dim 5 Juil - 21:55


Il a suffit que je pose son téléphone portable sur la table pour qu'elle ne le quitte plus du regard. Le mettre là était un gros coup à tenter. Ma priorité est d'analyser ce qu'elle compte faire. Elle s'empare finalement de l'appareil. C'est maintenant que les choses vont se concrétiser. Elle choisit un de ses contacts et l'appelle. Déjà, elle n'appelle pas la police, ce qui en soi est déjà presque une preuve qu'elle va tenir sa langue. Je regarde ses yeux de glace quand elle parle à son contact. Aucune peur, aucune palpitation, aucun tremblement. Elle est honnête, elle ne joue pas une quelconque comédie pour laisser comprendre qu'elle est dans une mauvaise posture. Je ne risque pas de voir débarquer chez moi ses collègues irlandais armés jusqu'aux dents... Elle raccroche le téléphone avant de mettre face à moi. Je lis le numéro de son pub sur l'écran, comme si elle voulait me donner une nouvelle preuve de sa bonne foi. Ses arguments sont plus que convaincants et logiques. Je fais un oui de la tête et fais glisser le téléphone vers elle.

- Vous m'avez prouvé que vous étiez digne de confiance. C'est à moi de vous prouver que je le suis tout autant. Je tiendrai parole. Je vais suivre votre exemple et prendre quelques jours de congé également, de sorte de vous avoir à l'oeil, ne serait-ce que pour une assurance supplémentaire...

Je sors mon propre téléphone avant de composer le numéro du cabinet. Je regarde mon invitée forcée pendant quelques instants avant de parler quand Shannon me répond.

- Allô, Shannon ? Bonjour, c'est Jarod. Peux-tu signaler aux collègues que je vais prendre quelques congés imprévus ? L'affaire de... D'une ou deux semaines, je pense. Envie de changer un peu d'air, c'est ça, oui ! Donne un double des clefs de mon bureau à Meryl pendant ce temps, elle peut l'occuper durant mon absence. Elle peut accompagner Kim au tribunal à ma place, ça sera un excellent entraînement pour prendre des notes pendant les audiences. Surtout, si elle est inquiète, qu'elle n'hésite pas à demander à Luke, il saura lui donner de bons conseils... Oui, voilà, parfait. Préviens bien tout le monde ! Bien, passe une bonne journée ! Au revoir.

Je raccroche avant de ranger mon téléphone et de croiser le regard avec la demoiselle à la chevelure aile de corbeau. Nous sommes à égalité. Je l'invite à manger son petit déjeuner alors que je la laisse seule quelques instants dans le salon pour aller lui chercher ses habits, maintenant secs. Je vérifie qu'il n'y a plus de sang avant de retourner dans le salon, ses vêtements pliés soigneusement dans mes mains.

- Vos vêtements sont secs. Nous pourrons aller vous chercher du linge de rechange chez vous en cas de besoin... Nous pourrons vous faire un double des clefs d'ici. De toute évidence, vous allez être forcée de cohabiter avec moi pendant quelques temps... J'espère que vous ne prenez pas trop mal cette fâcheuse contrainte...

Je suis confus, je n'aime pas imposer les choses, mais je préfère voir Molly comme une invitée. Je me doute qu'elle ne reste pas ici de gaieté de coeur, mais j'espère pour elle qu'elle est loyale pour pouvoir la libérer le plus tôt possible. Dans le cas contraire, j'aviserai...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 50
Date d'inscription : 25/04/2015
Age : 33
Localisation : Au pub
avatar
Molly Malone
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Lun 6 Juil - 19:43


  

   Avec Jarod D.  Anderson

   
 

  Ange gardien?
 
Même si Molly avait assuré leurs arrières en se faisant porter pâle auprès de son boss au pub, cela ne voulait pas forcément dire qu'ils étaient tirés d'affaire... S'ils jouaient d'un tant soit peu de malchance, quelqu'un reconnaîtrait la « malheureuse victime » comme un client, même temporaire, et les flics ne manqueraient pas de venir fouiner dans l'établissement. Qu'une serveuse au nom douteux décide de ne pas venir juste le lendemain pouvait paraître dangereusement suspect... Ils n'avaient plus qu'à croiser les doigts pour que personne ne fasse le rapprochement et ne vienne sonner à la porte. Elle avait une certaine habitude de garder la tête froide et de savoir mentir comme une arracheuse de dents lorsque le besoin s'en faisait sentir... Mais elle ne pouvait n ier qu'elle était nerveuse à l'idée que quelqu'un ne vienne comparer son sang à ce qui avait été laissé sur les lieux du crime...

La jeune femme ne releva pas le fait que Jarod allait lui aussi se faire porter pâle... C'était un peu logique. Même si un prémisse de confiance était en train de s'instaurer entre eux, il n'allait pas non plus la laisser complètement seule dans son appartement. Déjà, elle se doutait qu'il devait soupçonner ce qu'il pourrait trouver dans son CV irlandais, ensuite, on ne savait jamais ce qui pouvait arriver. Sa blessure pouvait avoir des complications, elle pouvait décider de jouer les filles de l'air malgré les étages ou, pire, un voisin pouvait essayer de voir pourquoi il y avait du bruit dans l'appartement alors que son occupant officiel était au travail... Et puis il valait mieux un contact presque constant s'il voulait bien ancrer le syndrome de Stockholm qu'il essayait de cultiver chez la serveuse, non... ?

Jarod semblait être un bon acteur alors qu'il était en train de parler à Shannon, d'un autre coté, Molly n'avait découvert sa véritable identité qu'une fois au pied du mur... C'était d'ailleurs étrange et bizarrement logique que le Ripper se cache en fait sous les traits de quelqu'un bossant dans un cabinet juridique. Après tout ses victimes n'avaient rien d'enfants de choeurs... Il y avait un besoin viscéral de justice qui se cachait là-dessous mais c'était tout de même à se demander ce qui avait poussé quelqu'un à endosser à la fois le rôle de juge et de bourreau...

Molly eut un étrange sentiment de surréalisme lorsqu'il raccrocha et quitta la pièce, la laissant complètement seule et libre de ses gestes... C'était une nouvelle preuve de confiance qui pouvait être à la fois gratifiante et un poil vexante... Parce qu'il savait qu'elle ne tenterait plus rien dorénavant... Cela ne l'empêcha pas de lancer un regard languissant vers la porte d'entrée. Deux semaines, voir plus, enfermée ainsi entre quatre murs représentaient le summum du cauchemar pour elle. Même si l'appartement n'avait rien à voir avec les siens et s'offrait donc des airs de palace... Le pub, et ses collègues, allaient terriblement lui manquer, sans compter ses virées nocturnes, même si elle ne sortait pas forcément faire la fête tous les soirs...

Le retour de Jarod l'arracha à ses mornes contemplations, il avait sincèrement intérêt à avoir un sacré bon service de VOD et de livraison à domicile s'il ne voulait pas d'un animal en cage... La jeune femme afficha une mine un peu confuse avant de ricaner en entendant les propositions du Ripper. Cela se transforma rapidement en fou rire même si sa condition ne lui permit pas de le maintenir bien longtemps. Avant peu elle était pliée en deux, les bras entourés autour de sa taille, front collé à la table, alors qu'elle essayait de surmonter la vague de nausée que venait de provoquer la douleur de sa blessure...


-Faut vraiment... qu'ils revoient... leur diagnostic... les journaleux...

Lorsqu'elle se sentit à nouveau en état de se redresser et de parler normalement, la jeune femme s'exécuta, posant sur Jarod un regard à la fois terriblement blasé et passablement amusé.

-Parce qu'à mes yeux, le « psychopathe sanguinaire » vient de me sauver la vie tout en m'offrant les clés d'un château. Franchement... ? Vous avez pas vu où je vis... Vous avez plus des airs de chevaliers sur son cheval blanc que de monstre tapi dans l'ombre...
 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 64
Date d'inscription : 22/04/2015
Localisation : Ripper Cave
avatar
Jarod D. Anderson
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   Jeu 23 Juil - 23:08


Elle sourit à mes propositions avant d'en rire. Je suis surpris, confus. Je ne m'attendais pas à l'entendre rire, et encore moins aux éclats, surtout au vu de la situation plus que délicate dans laquelle elle et moi nous sommes retrouvés. Certainement la fatigue, le stress et la blessure qui n'ont pas fait bon ménage, ce que je peux parfaitement comprendre. Elle se permet quelques remerciements déguisés au moyen de divers sarcasmes à l'encontre de la presse locale qui n'a pas toujours été de la meilleure des tendresses avec mon alter égo au manteau de nuit. Je lui souris quand nous nous faisons face, assis chacun à un bout de la table. Je regarde ma main droite avant de la regarder.

- Je n'ai pas la prétention d'être un chevalier à l'honneur et au coeur pur comme on vous a peut-être raconté pendant votre enfance, mais j'apprécie la comparaison que vous me faites, Molly. Je n'ai jamais voulu avoir l'étiquette de psychopathe sur le front... Je vous remercie beaucoup. Pour votre compliment... De ne pas me juger et... pour votre silence. Rares ont été les personnes qui m'ont couvert depuis que j'ai enfilé le manteau. Je crois même que vous êtes... La première...

Je lui souris avant de me lever. Je passe le reste de la journée à lui faire visiter non pas sa prison, mais sa maison pour quelques temps. Je lui explique les diverses choses à savoir, comme si elle devenait ma nouvelle colocataire... Elle prend une douche plus tard. Je me pose à table alors que j'entends l'eau couler sur son corps. Elle a l'obligation de m'appeler en cas de problème avec sa blessure, ce qui j'espère ne va pas arriver...

Voilà deux jours que Molly habite avec moi. Aucune tentative d'évasion de sa part, aucun coup fourré, aucune visite qu'on aurait invité le plus tard possible... Je veux lui prouver ma bonne foi. Je tiens mes paroles. Après son déjeuner, je l'interpelle.

- Molly ? Voilà deux jours que vous êtes là et je ne peux pas me plaindre de vous... Vous êtes à mes yeux loyale. C'est pourquoi, je vous laisse le droit de sortir aujourd'hui, aller chez vous pour prendre quelques... Affaires. C'est en quelque sorte un test. Je veux jouer cartes sur table. Je ne vous suivrai pas, je ne vous surveillerai pas, mais j'attends de vous que vous reveniez une fois que vous avez les affaires que vous voulez. Vous avez quelques heures de liberté conditionnelle, si nous voulons utiliser le jargon de la justice...

Elle ne se fait pas prier et, bien vite, sort de la maison. Les heures qui s'écoulent sont longues. Très longues. Il n'y aurait pas meilleur moment pour s'enfuir, pour me dénoncer. Mais je sens qu'elle est honnête avec moi. Elle aurait bien trop à perdre. Qui plus est, en bonne irlandaise, elle serait plus ou moins liée à moi... Je passe le reste de la journée en tête à tête avec un thé chaud et la photo de ma tante sur la table basse.

- Tu lui aurais laissé sa chance aussi, n'est-ce pas..?

La nuit tombe finalement à Londres et je suis à mon troisième thé depuis qu'elle est partie. Il semblerait qu'elle se soit attardée quelque part... Mais c'est alors que j'entends la porte s'ouvrir. Et elle apparaît avec un grand sac. Je m'y étais préparé. Je romps le silence.

- Vous êtes donc revenue. Je peux vous faire confiance, maintenant... Vous trouverez un double des clefs dans le premier tiroir dans la chambre que vous occuperez. Bienvenue, Molly...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Ange Gardien? (PV Jarod D. Anderson)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock RPG  :: The game is on + London :: Autres quartiers :: Soho-