anipassion.com
Partagez | 
 

 “I try not to judge cause I’m a little fucked up myself.” feat. Sherlock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 144
Date d'inscription : 25/04/2015
Localisation : St Bart's Hospital
avatar
Elias Davidovitch
MessageSujet: “I try not to judge cause I’m a little fucked up myself.” feat. Sherlock   Ven 1 Mai - 22:51

Elias ∞ Sherlock

Les portes de l’urgence se refermaient devant lui et le signe ''personnel autorisé seulement'' le narguait contre la vitre. À ses côtés, des infirmiers le surveillaient attentivement pour s’assurer qu’il n’ait pas la brillante idée d’interrompre le travail des médecins en suivant un quelconque cris du cœur. Il a beau travailler à l’hôpital depuis quelques années, et ce n’est pas faute d’avoir essayé, c’est ici que s’arrête son influence. Son rôle de père, de protecteur et de soutient ont une limite à cette étage de l’établissement. Il y a des choses qu’il ne peut contrôler, voilà la triste réalité. Elias a le cœur qui se fissure à chaque fois qu’il voit la civière sur laquelle repose son petit ange s’éloigner. Des brèches plus longues et plus profondes à mesure que le cancer d’Anna ronge son corps. Avec un peu de chance, c’est quelque chose de bénin. Elle s’en sortira comme elle le fait toujours, avec un sourire paisible et un jeu de mot pour le dérider… Mais ça, il ne le saura que dans plusieurs heures.  L’horloge au mur indique qu’il est à peine six heures du matin. Il n’y a que la section des urgences qui est en constante effervescence, car dans les autres ailes, les patients commencent à se réveiller et les employés se relayent pour le chiffre de jour. La nuit fut courte et le réveil brutal lorsque son téléphone s’était mis à sonner aux aurores. Anna fait de la fièvre. Anna a du mal à respirer. Anna… Elias se laisse tomber mollement sur une des chaises de la salle d’attente et il fixe d’un œil hagard les décorations minimales de la pièce. On dirait un mauvais feuilleton télé avec tout ce drame non-nécessaire et les malheurs à répétition qui s’acharnent sur les mêmes personnes. Le psychiatre passe ses mains sur son visage et masse ses tempes pour se réveiller. S’il reste une minute de plus à fixer les murs beiges, il sent que sa raison va en prendre un coup.

Ses pensées vont peut-être à toute vitesse, mais son corps réagit au ralentit. Comme une âme en peine, il se relève et longe les corridors pour finalement mettre la main sur une machine à café dans la salle des employés. Certains de ses collègues essaient de faire la conversation, d’autres lui donnent une tape encourageante sur l’épaule, mais franchement, personne ne sait quoi lui dire. Elias non plus ne sait pas quoi dire. Ce n’est pas la première fois qu’Anna vit des complications et, aussi cruel que cela peut sembler, il espère que ce n’est pas la dernière. Il veut voir la civière revenir et l’entendre rire à nouveau. Cela ne doit pas se terminer par une matinée pluvieuse à St-Bats. Il n’est pas prêt à la laisser partir. Le psychiatre sirote donc son café en silence, le regard vers l’extérieur où il contemple Londres s’éveiller. Comme il jalouse le facteur ou le camelot d’être si insouciant et si serein… S’il avait encore un flacon de médicament en sa possession, il serait surement déjà dans un état semblable. Sauf que l’incident avec son défunt patient lui avait appris la leçon et il ne voulait pas replonger si vite dans ses vices...

Le jeune homme a besoin de se changer les idées et, pourquoi pas, de prendre l’air. Il passe donc à la réception et demande à ce qu’on annule tous ses rendez-vous de la journée.
« Comment va-t-elle ? » se hasarde une infirmière qui s’est liée d’amitié avec Anna. Elias se contente de hausser les épaules. Il ne sait pas. Armé d’un long manteau, il se glisse à l’extérieur par une porte de service à l’arrière. Une fois dehors, il soupire longuement et essai de faire disparaître la tension qui l'habite depuis son réveil. Petit à petit, peut-être grâce à la caféine dans ses veines, il se sent reprendre vie. Il inspire un grand coup avant de se mettre à tousser à cause d’un nuage de fumée inattendu. Une fois son souffle revenu, il se retourne vers la source de cette intrusion. « Il est interdit de fumer à proximité de l’hôpital… » Elias se fige et identifie immédiatement l’individu à ses côtés. Il reconnaîtrait entre mile cette silhouette élancée et ce regard vif, même masqués derrière un rideau de brume infecte. Parfait. En plus de se sentir misérable, voilà quelqu’un qui ne manquerait pas de lui dire qu’il en avait l’air également.  « … mais ça vous le saviez déjà. »
code by Silver Lungs
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

“I try not to judge cause I’m a little fucked up myself.” feat. Sherlock

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock RPG  :: The game is on + London :: Autres quartiers :: La city-