Partagez
 

 Can you read me, Mister Holmes? (Pv Sherlock)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 145
Date d'inscription : 27/04/2015
Age : 23
Localisation : Quelque part dans l'univers
Caleb U, Nuada
Caleb U, Nuada
MessageSujet: Can you read me, Mister Holmes? (Pv Sherlock)   Can you read me, Mister Holmes? (Pv Sherlock) EmptyMar 28 Avr - 23:42






Vantardise
Ne vous vantez jamais plus que nécessaire, car un jour vous croiserez le destin et il vous réservera une surprise de taille
© Joy

Peut-être que je devrais prendre des antidépresseurs un jour, ça m'aiderait peut-être à voir un peu de couleur dans ce monde ennuyeux où à chaque matin je ne trouve rien pour me divertir et même un café n'arrive pas à me réveiller et même de l'adrénaline n'y parviendrait surement pas. Mais à quoi bon de toute façon? Ce monde était plein d'idiots qui ne devraient même pas posséder un cerveau tant ils sont sans intelligence! Des huîtres avaient une plus grande connaissance qu'eux. J'avais parfois l'impression que le monde fonctionnait lentement, trop, que les gens autours de moi n'étaient qu'une masse d'aveugles ne sachant rien voir, rien comprendre.

Quoi qui l'en fut cette journée je la commençais comme d'habitude, me réveillant grâce à la sonnerie de mon téléphone qui mettait du Mozart avec le volume au maximum. Je détestais la plupart des chansons d'aujourd'hui qui étaient plus un vacarme insupportable que de la musique. Rien ne valait un bon concert de musique classique. Il était à peine six heure du matin quand mon biper m'avertie qu'on avait besoin de moi à l'hôpital pour un foutu cas en Neurologie. J'adorais mon métier, jouer dans le cerveau des gens, mais bordel... à un moment, faut arrêter de me renvoyer les mêmes cas!

Je me fis un rapide café, attrapais une amandine, ma mallette et filait monter dans ma mercedez de location, mon autre voiture étant en réparation car j'avais crever un pneu la veille. L'odeur du cuir neuf, de la voiture neuf me monta au nez, une odeur que j'appréciais très peu étrangement. Je roulais prudemment, sans non plus être un vieillard, je détestais cela! Je n'étais pas en marchette tout de même, même si un jour cela arriverait peut-être...

La journée fut longue, pas fastidieuse puisque les cas qui me furent donnés je les avais vu de trop nombreuse fois. Je fis de nombreux aller et venu entre mon bureau de psychologue, de neurologue et les consultations, sans parler que je me fis draguer par une infirmière que je mis au parfum que, non, les seins ne m'étaient d'aucun intérêt alors elle devrait rengainer sa poitrine.

Il fallait dire que physiquement je n'avais rien d'un homme étant du penchant homosexuel. Peut-être parce que je ne m'affichais pas complètement? Et que je n'aimais pas passablement laisser entrevoir mon caleçon ou avoir des habits qui me collaient trop à la peau! Ou peut-être, comme s'était sans nul doute plus le cas, les gens s'étaient fait une idée de l'homosexuel classique et donc puisque je ne collais pas au profil et que je n'en avais pas la tête, les gens n'y pensaient pas. S'était affligeant! Surtout celles qui ne comprenaient pas le Non, pas intéressé.

C'est ainsi que je partis en après-midi pour rentrer chez moi piquer une petite sieste. Après tout je la méritais, ne dormant que quelques heures dans une journée. En arrivant chez moi j'eu la joie d'avoir un message de ma mère me demandant de passer sur Baker Street pour aller à sa boutique de thé préféré lui acheter son thé favori car elle n'en avait plus et qu'elle n'avait pas le temps de passer, rendez-vous avec d'autres gens de la classe mondaine. Je me pinçais l'arrêt du nez, pris une grande respiration... Parfois je me disais que ma mère devrait s'acheter un cerveau.

Lorsque j'arrivais à Baker Street, à pied, la soirée commençait à tomber. L'air frai s'infiltrait dans mon trench coat noir ouvert sur mon chandail simple de couleur noir. Il y avait un imprimer Sauron tendant sa main portant l'anneau et le singlet célèbre; Un anneau pour tous les contrôler, écrit en dessous. Je n'étais pas fan de film, mais cette trilogie me plaisait bien Dieu seul savait pourquoi.

J'arrivais une heure avant la fermeture de la boutique et en profitais pour m'acheter quelques saveur que je n'avais pas essayé ou que je risquais d'être en manque. Parce que oui, j'adorais boire du thé en faisant du yoga pour me détendre et oublier le monde pourris et idiot dans lequel je suis.

Lorsque je sortis de la boutique, je me perdis dans mes pensées. Et si j'étais né à une autre époque? Qu'est-ce que cela aurait pu donner? Mes yeux posés sur le ciel nuageux, je ne pus m'empêcher de songer que mon innocence était partie avant même la fin de mon enfance à cette époque, alors qu'est-ce que ça aurait été au 19e siècle ou au 20e? Peut-être aurais-je été comme Jack l'Éventreur, peut-être aurais-je laisser les ténèbres m'engloutir entièrement. Il fallait dire que je n'étais ni bon ni méchant, un mince fil m'empêchait de pencher d'un côté ou de l'autre et j'étais un mystère, même pour moi à ce niveau là.

Soudain je perçu un mouvement, un bruissement de vêtement et je m'arrêtais, me retournant vers sa provenance. Est-ce qu'on me suivait? J'haussais un sourcil en regard le seul autre homme sur le trottoir. Grand, les cheveux noirs, les yeux aussi bleus que les miens, mais plus foncés. Qui était-il?

•••


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Can you read me, Mister Holmes? (Pv Sherlock)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sherlock RPG  :: The game is on + London :: West End & Westminster :: Baker Street-